1. Accueil
  2. Évènements
  3. Viet Cong : "Nous sommes des enragés de la route"
3 min de lecture

Viet Cong : "Nous sommes des enragés de la route"

RENCONTRE - Viet Cong, quatuor canadien au post-punk enragé, a accordé une interview exclusive à "RTL2.fr" lors de son passage à la Route du Rock 2015.

Viet Cong se produira à Caen le 23 novembre et à Rouen le 24 novembre
Viet Cong se produira à Caen le 23 novembre et à Rouen le 24 novembre
Crédit : Viet Cong

Une heure avant l'interview, l'équipe de la Route du Rock évoque la fatigue des membres de Viet Cong, quatuor canadien de post-punk qui avale les kilomètres depuis la sortie de son acclamé premier album éponyme, en janvier. Les musiciens risquent d'annuler la rencontre, trop usés et préférant se ménager pour leur concert, le dimanche soir du festival. C'est pourtant avec un sourire franc et des yeux bleus pétillants que Matthew Flegel nous reçoit dans la partie VIP du festival. "La vie en tournée est très mouvementée mais on s’y attendait", avance le chanteur et guitariste, qui arbore de belles cernes. "J’étais dans d’autres groupes avant et je m'y suis habitué." 

Les non-sauveurs du post-punk

Viet Cong est né des cendres de Women, groupe au son encore plus éraillé, qui a volé en éclat à la suite d'une bagarre entre ses membres. "Je n’ai jamais été le chanteur d’un groupe auparavant, j’étais toujours aux choeurs. C’est quelque chose de très nouveau pour moi", avoue Matthew à RTL2.fr. "Tout cela nous tombe dessus. Je suis à un point dans ma vie où je n’ai plus besoin d’avoir un vrai travail !Seule la musique compte", se réjouit le leader de la formation. Avec sa chemise bleue sans apparat, qui pourrait être achetée dans n'importe quel magasin du coin, on ne se douterait pas, à le voir, que Matthew se transforme en bête hurlante pour Viet Cong

On a joué plusieurs festivals avec Savages et ces dames nous laminent

Viet Cong

Malgré les critiques dithyrambiques et les salles de concert qui affichent complet, le groupe refuse d'être vu en sauveur d'un post-punk attendant une nouvelle vague : "On s’en fout", tranche immédiatement Matthew. "On a joué plusieurs festivals avec Savages et ces dames nous laminent. Et je suis très heureux de le dire ! On ne se met aucune pression."

Depuis la sortie du premier disque du groupe, les choses se sont accélérées, notamment grâce au single Continental Shelf, aux guitares hantées.

À écouter aussi

"On a eu l'idée de ce morceau lors d'une tournée de trois semaines en France. J'ai écrit les paroles comme elles venaient. C'était assez déprimant", se rappelle Matthew. Ce souvenir amuse Scott Munro, autre guitariste de la formation, aux faux airs de Zach Galifianakis. 

200 concerts donnés en 2015

Ce dernier a d'ailleurs failli ne jamais parvenir jusqu'à la Route du Rock : "On a eu un changement à l’aéroport Charles de Gaulle aujourd’hui et je me suis endormi par accident à même le sol", raconte-t-il, caché par une énorme barbe noire. "Je me suis réveillé après le dernier appel à embarquement. J’ai dû négocier pour pouvoir monter à bord de l’avion !" Scott a tout juste eu le temps de se doucher et de se changer avant l'interview. "Là, je me sens comme un adulte", plaisante le guitariste en s'installant dans une chaise longue.

"C’est marrant parce qu’on dort dès qu’on est assis, dans l’avion par exemple", explique Matthew. "Ton corps finit par être bousillé. Du coup, les festivals fournissent des masseurs, on reçoit un traitement spécial en tant qu’artistes, mais parce qu’on en a sacrément besoin. Pour rester en vie."

Techniquement, nous sommes des sans-abris

Viet Cong

Matthew résume leur quotidien par l'expression "Boulot boulot boulot" : "À la fin de cette année, on aura donné plus de 200 concerts. Rien que cet été, on aura fait 35 festivals", résume-t-il fièrement. La France a accueilli Viet Cong à plusieurs reprises ces derniers mois, à Paris ou ailleurs : "La France est super en ce qui concerne les gens qui viennent nous voir à la fin du concert et nous disent : 'C’était un super show mais je n’aime pas votre album' ou 'C’était un super show mais ta chemise est horrible'", résume Matthew, hilare. 

C’est une manière bizarre de gagner sa vie mais nous ne nous plaignons pas

Viet Cong

Leur ville d'origine, Calgary, leur paraît bien loin : "On a dû n'y passer qu'une vingtaine de jours cette année. Techniquement, nous sommes des sans-abris !", résume Scott, dont les affaires sont stockées dans un entrepôt. Viet Cong est une petite famille en soi : "C’est une manière bizarre de gagner sa vie mais nous ne nous plaignons pas", affirme Matthew. "On est des enragés de la route, ça ne nous dérange pas d’être dans une ville différente d’un jour à l’autre. Nous sommes heureux et nous nous entendons bien. Ça n’a pas toujours été le cas dans mes précédents groupes."

Viet Cong a déjà enregistré son deuxième album, et espère le finaliser en Asie, pour une sortie au printemps. "C’est différent mais ça ressemble toujours à notre son", promet Matthew, avec un sourire mystérieux.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire