1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉOS - Anteros, Minou et Nice As Fuck : les 3 artistes à découvrir cette semaine
3 min de lecture

VIDÉOS - Anteros, Minou et Nice As Fuck : les 3 artistes à découvrir cette semaine

PLAYLIST - Le pop-rock bipolaire d'Anteros, la pop rétro-futuriste de Minou et le rock engagé de Nice As Fuck sont à découvrir cette semaine.

Anteros a un EP, éponyme, à son actif
Anteros a un EP, éponyme, à son actif
Crédit : Facebook/Anteros

Alors que certains profitent encore de la plage, la playlist de découvertes fait sa rentrée, fraîche et reposée, prête à dénicher les perles rares qui pourraient bien briller demain. Au programme cette semaine : les Londoniens d'Anteros, au pop-rock dichotomique hésitant entre la noirceur de The Cure et l'insouciance de No Doubt. 

Leur premier EP, éponyme, est à découvrir absolument, ainsi que leur single Breakfast. Retour en France avec Minou, duo de deux amoureux malins jouant sur les frontières entre variété internationale, musique électronique et pop française. Leur deuxième EP, Alphalove, est aussi savoureux que rétro-futuristes. Ils se produiront au Point Éphémère, à Paris, le 22 novembre. Enfin, le "side-project" et trio féminin d'indie-rock Nice As Fuck vous donnera envie de mener la révolution au nom de l'amour. Leur premier album, éponyme, allie classicisme rock et engagement salvateur.

Anteros, pop-rock qui pétille

Anteros n'ont qu'un EP à leur actif et pourtant, ils ont déjà eu la chance de fouler l'une des scènes du prestigieux festival de Glastonbury, cette annnée. Ce quatuor formé de 4 jeunes Londoniens - Laura Hayden (chant), Joshua Rumble (basse), Charles Monneraud (guitare) et Harry Balazs (batterie) - n'a rien d'amateur. Leurs premiers titres, réunis pour la plupart sur leur EP, éponyme, sorti en 2015, voguent avec brio entre rock (Blue), funk (The Beat) et pop (Anteros). L'un de leurs derniers single, Breakfast, est une chanson d'amour pleine de sarcasme, sur fond de beat électronique rappelant Depeche Mode et de guitare tour-à-tour désespérée puis futile. Leurs inspirations vont de Lily Allen à No Doubt, en passant par The Cure ou Fleetwood Mac.

"Notre musique reflète ce que nous vivons entre nos 20 et 30 ans, résume le groupe dans une interview à Never Enough Quotes. Parfois on se sent plein d'énergie et d'ambition au réveil, avec l'envie de conquérir le monde et personne ne semble pouvoir se mettre en travers de votre chemin. Parfois, on se réveille et on se sent perdu... presque effrayé à l'idée de faire des choix, prendre des décisions ou faire des sacrifices au cas où on les regretterait plus tard."

Minou, pop qui miaule

À lire aussi

Sortez les griffes : Minou est le nouveau duo pop-électro français qui vous fera danser jusqu'au bout de la nuit et vous obsédera avec ses synthés rétro-futuristes et ses refrains intrigants. On distingue clairement l'influence des années 80 à l'écoute d'Alphalove (Cinq7/Wagram), leur deuxième EP, sorti le 1er juillet. Il a été formé en 2012 autour de Sabine Stenkors et Pierre Simon, couple à la ville, entre Paris et Blois, après la fin de leur précédent groupe, The Surgeries.


Minou revendique un mélange de "poésie mélancolique" et de "refrains tenaces", le tout éclairé à la lumière de la variété internationale (MGMT et Gorillaz pour le côté électro) et la pop française comme on l'aime, avec Étienne Daho et Michel Polnareff. Les amoureux travaillent actuellement à leur premier album, sous la direction de Julien Delfaud, collaborateur d'Étienne de Crécy. Ne les manquez pas au Point Éphémère, à Paris, le 22 novembre.

Nice As Fuck, "side-project" engagé

Nice As Fuck (ou NAF) n'est pas un groupe comme les autres. Ce super-trio est composé de 3 super musiciennes et/chanteuses : Jenny Lewis (artiste solo, ancienne chanteuse de Rilo Kiley et ex-membre de Jenny & Johnny avec son amoureux de l'époque, Johnny Rice), Tennesse Thomas (ancienne batteuse de The Like) et Erika Spring (l'une des chanteuses et claviéristes d'Au Revoir Simone). Elles viennent de sortir un premier album éponyme (Loves Way), puissant et implacable, qui devrait ravir les fans de rock seventies. Le trio s'est d'abord formé pour chanter lors d'un meeting de Bernie Sanders, ancien candidat à la primaire démocrate pour l'élection présidentielle américaine. Très à gauche, il a été soutenu par de nombreux artistes.

On retrouve son influence dans le premier clip de Nice As Fuck, Door, où quelques badges à son effigie peuvent être aperçus. La vidéo se déroule à l'intérieur de The Deep End Club, magasin new-yorkais éthique et engagé, dont les T-shirts "Give a damn" ("Ayez-en quelque chose à foutre") commencent à se faire connaître  - Alex Turner (Arctic Monkeys, The Last Shadow Puppets) est apparu sur scène à Glastonbury. Franges longues, pantalons pattes d'éph', logo "Peace and Love", foulards autour du cou, vestes kaki : tout rappelle l'utopie des années 70, où les États-Unis vibraient au rythme des manifestations pacifiques et pour les droits sociaux. Une basse entêtante, une batterie guerrière et un refrain faussement innocent sur l'importance de l'amour : Nice As Fuck présente son message d'apaisement et de révolte, le poing en l'air. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/