1. Accueil
  2. Évènements
  3. Nicola Sirkis : "C'est bien de se faire rare"
4 min de lecture

Nicola Sirkis : "C'est bien de se faire rare"

RENCONTRE - Nicola Sirkis a fait des révélations à RTL2.fr sur le prochain album d'Indochine, et est revenu sur la place prépondérante du groupe dans sa vie.

Indochine a donné son seul concert de l'année en France au Trianon
Indochine a donné son seul concert de l'année en France au Trianon
Crédit : Maxime Villalonga
Indochine a donné son seul concert de l'année en France au Trianon
Nicola Sirkis parle du prochain album d'Indochine à RTL2.fr
Nicola Sirkis évoque le 13e album d'Indochine
Le 9 décembre, Indochine s'est produit pour la première fois au Trianon, à Paris
Indochine a donné son seul concert de l'année en France au Trianon Crédits : Maxime Villalonga
Nicola Sirkis parle du prochain album d'Indochine à RTL2.fr Crédits : Maxime Villalonga
Nicola Sirkis évoque le 13e album d'Indochine Crédits : Maxime Villalonga
Le 9 décembre, Indochine s'est produit pour la première fois au Trianon, à Paris Crédits : Maxime Villalonga
1/1

Le 9 décembre 2015, Indochine a écrit une nouvelle page de son histoire en se produisant pour la première fois au Trianon, dans le nord de Paris. Le groupe mené par Nicola Sirkis y a donné un Concert Très Très Privé RTL2, qui a été retransmis en direct à la radio et sur RTL2.fr, et auquel des fans chanceux ont pu assister en participant à un concours. Quelques heures avant ce show de deux heures, le membre fondateur d'Indochine s'est assis quelques instants pour parler de l'avenir d'Indochine, et de son rapport au public. 

"On a bossé comme des malades pendant trois jours, confie Nicola Sirkis à RTL2.fr, à la manière d'un jeune débutant. Comme on est en réalisation et écriture d'album, lorsqu'un concert arrive soudainement, il faut remettre la machine en marche. Je suis super content de jouer, parce que c'est vrai que ça nous manque un peu, la scène.À part une mini-tournée européenne au printemps, et un concert à New York pour le site de streaming Tidal, qu'Indochine a rejoint, le groupe français s'est fait discret en 2015. 

La rédaction vous recommande

Se faire rare pour mieux revenir

"Il ne faut pas non plus tourner tout le temps, estime Nicola Sirkis, qui co-fondé Indochine en 1981. Même si on est un groupe qui a beaucoup de morceaux, c'est bien aussi de manquer un peu, de se manquer, sinon on sature, et le public aussi. C'est bien de se faire rare, et d'arriver avec des choses neuves à chaque fois."

C'est bien de se faire rare, et d'arriver avec des choses neuves à chaque fois

Nicola Sirkis

Le chanteur rappelle qu'Indochine est sur les routes presque tous les deux ans depuis 1999. "Le public n'a jamais la même tournée, ce n'est pas le même groupe qui revient", assure Nicola Sirkis. Le 4 décembre, Indochine a sorti le coffret Black City Concertsqui revient sur les deux dates du groupe au Stade de France, en juin 2014. "Au bout d'un moment, il faut s'arrêter pour s'enrichir, voir ce qu'on va présenter pour la future tournée. C'est pour ça qu'on se fait rare. Mais ça manque au public comme à nous", tempère Nicola Sirkis. 

Indochine, "un mode de vie"

À lire aussi

Après ce concert au Trianon, que va-t-il se passer ? Indochine planche son 13e album "depuis quelques mois déjà" révèle Nicola Sirkis, qui évoque un disque "dansant et très positif". "On a cette chance énorme d'être un groupe qui, au bout de 30 ans, est attendu, s'enthousiasme le leader. Ça va être notre 13e album ! Être attendu comme ça, c'est à la fois anxiogène et génial. Les gens ne viennent pas qu'écouter les anciens titres. Autant présenter quelque chose de digne." 

La rédaction vous recommande

Dans la file d'attente en face du Trianon, plusieurs fans ont ainsi reconnu auprès de RTL2.fr qu'ils venaient même un peu plus pour les tubes récents d'Indochine, que les classiques comme 3 nuits par semaine. D'autres ont écouté leur passion au point de se faire tatouer des titres de chansons. Parmi eux, une jeune femme s'est faite encrer Electrastar en souvenir d'un être cher décédé. Selon elle, "Indochine est plus qu'une passion, c'est un mode de vie".

Indochine fait partie de ma vie depuis 35 ans, et fera toujours partie de ma vie

Nicola Sirkis

Nicola Sirkis approuve : "C'est un mode de vie, car on ne vit que pour ce groupe, pour la plupart de ses membres. On vit, on dort, on pense, on est (Indochine, ndlr). Ça fait partie de ma vie depuis 35 ans, et ça fera toujours partie de ma vie, même au-delà. Je suis foutu pour ça", termine-t-il dans un sourire. 

Marquer l'indépendance d'Indochine

D'autant qu'Indochine s'est émancipé. En 2014, Nicola Sirkis a fondé avec Stéphane Le Tavernier, PDG de Sony Music France, Indochine Records, label sur lequel le groupe est désormais représenté. "Il était temps", selon le chanteur. "Le problème, c'est que les maisons de disque ne savent plus, elles angoissent parce que le monde est en train de changer au niveau du mode de consommation. Elles sont perdues, elles n'arrivent pas à chopper ce qu'il va se passer", regrette-t-il.

"Je reste le seul témoin, malheureusement, du passé d'Indochine, poursuit le chanteur. Dans cette maison de disque, il y a tout le catalogue d'Indochine, on leur a donné l'idée de les sortir en vinyle, pour que ça ne dorme pas dans des sacs à archive. Plein de gens avaient envie d'entendre les anciens disques en vinyle.


À côté, Indochine a aussi fait grand bruit en rejoignant Tidal, plateforme de streaming reprise en main par le rappeur américain Jay-Z, et qui promet de remettre les artistes au centre de l'économie de l'écoute en ligne. "Rejoindre une réunion d'artistes comme Coldplay, Arcade Fire, Madonna et autres, c'est plus que bénéfique. Mais on n'est pas en guerre du tout, assure Nicola Sirkis. Ce public m'a donné le pouvoir de dire non, donc parfois je dis non, à certaines choses qui ne sont pas acceptables."

Indochine a ainsi été le seul groupe français à se produire en octobre 2015 lors d'une soirée caritative organisée par Tidal dans le stade du Barclays Center, en plein cœur de New York. "C'est exceptionnel qu'un groupe français comme nous y ait été représenté. Les Américains nous ont accueilli d'une façon incroyable. On était juste 'a French band' !", plaisante Nicola Sirkis. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/