1. Accueil
  2. Évènements
  3. Genesis donne un concert d'adieu émouvant et spectaculaire à Paris La Défense Arena
4 min de lecture

Genesis donne un concert d'adieu émouvant et spectaculaire à Paris La Défense Arena

NOUS Y ÉTIONS - Phil Collins, Tony Banks et Mike Rutherford ont donné mercredi 16 mars le premier de leurs deux concerts d'adieu dans l'immense enceinte de Paris La Défense Arena. Nicholas Collins, le fils du chanteur, est la révélation de ce show immanquable.

Mike Rutherford, Phil Collins et Tony Banks sur la scène de Paris La Défense Arena
Mike Rutherford, Phil Collins et Tony Banks sur la scène de Paris La Défense Arena
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Sylvain Zimmermann
Sylvain Zimmermann

C'est l'heure des grands adieux. Genesis a donné mercredi 16 mars 2022 le premier de deux concerts à Paris La Défense Arena, ses derniers en France. On a bien du mal à y croire. Même le titre officiel de la tournée entretient le doute avec son point d'interrogation : "The Last Domino ? Tour".

Phil Collins, Mike Rutherford et Tony Banks sont pourtant catégoriques : c'est fini. "Cela fait plus de 50 ans qu'on joue ensemble. On s'est bien marré, mais c’est bien de s'arrêter", ont-ils encore confié à RTL2. Alors, forcément, un mélange d'excitation teintée d'une douce nostalgie s'empare des spectateurs quand ils pénètrent dans l'immense salle de Nanterre.

Certains se ruent sur le merchandising histoire de ramener un précieux souvenir. Il faut dire aussi que les fans de Genesis attendent ce moment depuis si longtemps. Les membres du groupe n'ont plus rejoué ensemble depuis 14 ans. Entre temps, Collins a été rattrapé par des douleurs aux vertèbres et la hanche et ne peut plus tenir les baguettes. Et puis, la tournée actuelle a été repoussée à deux reprises en raison de la pandémie de Covid. Revoir Genesis tient presque du miracle.

La voix de Phil Collins est toujours là

20h30. La salle est plongée dans le noir. Les musiciens arrivent un à un sur scène, simplement, sans artifice. Genesis entame son set avec l'instrumental Behind The Lines suivi de Duke's End. Le public exulte. Phil Collins est bien là, en survêtement noir, sur sa chaise, entouré du longiligne Mike Rutherford et d'un Tony Banks très concentré derrière ses claviers. Le trio est épaulé par le guitariste et bassiste Daryl Stuermer, fidèle compagnon du groupe en live depuis 1977, tandis que la batterie est désormais assurée par Nicholas Collins, 20 ans, le fils de Phil Collins. Deux choristes complètent la formation.

À lire aussi