4 min de lecture Tendances

Le Fooding, l'agitateur culturel qui a changé les codes de la gastronomie

REDAC CHEF INVITÉ - Lorsqu'ils sont sur les routes de France, entre deux dates de tournées, les membres de Louise Attaque apprécient l'application du Fooding pour dénicher des tables de qualité à l'atmosphère originale.

Des amis mangent un bruch (illustration)
Des amis mangent un bruch (illustration) Crédit : iStock
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL2

À l'origine, il y a un bon mot. "Fooding", contraction de deux termes anglais, "food" et "feeling". Lâché à la volée par Alexandre Cammas un soir de bouclage de Nova Magazine à la fin des années 1990, il lui revient comme un boomerang cinq jours plus tard, dans la bouche d'un Londonien annonçant l'arrivée imminente d'une nouvelle tendance culinaire dans une émission de Thierry Ardisson. Flairant le bon sillon, le chroniqueur et journaliste en gastronomie s'empresse d'aller déposer le terme. 

Fils de cafetier aveyronnais et ancien étudiant en école hôtelière, il revient alors d'un voyage dans la capitale britannique et meurt d'envie de créer le pendant parisien du Time Out londonien. Il convainc Jean-François Bizot, fondateur d'Actuel et directeur de Nova, de monter un hors-série distrayant pour promouvoir avec un ton moderne et décalé les tables et les chefs qui sortent la gastronomie des carcans des étoiles du Guide Michelin et des toques du Gault et Millau. Ce sera Nova Fooding, boire et manger with feeling. 

À lire aussi
Metallica devient l'égérie de Brioni Metallica
EN IMAGES - Metallica pose pour une marque de luxe italienne


"Je passe mon temps sur l'application du Fooding, confie Arnaud Samuel, le violoniste de Louise Attaque. Le groupe est rédacteur en chef d'un jour sur RTL2.fr. "Grâce au Fooding, on fait de superbes découvertes un peu partout, précise avec gourmandise le chanteur Gaëtan Roussel. J'aime bien l'appli parce qu'on l'utiliser quand on a faim, quand veut manger tel ou tel truc, ou pour trouver un restaurant à côté. Les utilisations sont multiples." Arnaud ajoute : "Et puis, c'est bien pratique quand on va dans un appartement où il n'y a rien à manger.

Placer le cool au coeur de la cuisine

La première édition du Fooding est publiée début 2000. Après quelques coups de téléphone aux critiques qui montent, comme Julie Andrieu et Emmanuel Rubin, il bricole la première semaine du Fooding qui réunit, à la fin de l'an 2000, chefs, journalistes et critiques gastronomiques autour de tables rondes où l'on se demande si l'"on ne va pas au restaurant pour manger les rideaux" en fin de compte. Les fondements du Fooding sont jetés : repérer les bonnes tables sans prétention, décrypter les tendances, chercher dans les faubourgs le renouveau de la gastronomie et l'harmonie entre l'assiette et le contexte. En somme, placer le cool au cœur de la cuisine.

À l'époque, le milieu n'est pas très chaud pour faire une place au soleil à cet agitateur culturel désireux d'envoyer valser les codes établis par le Guide Michelin. On raille le mélange des genres d'un guide où un restaurant étoilé peut côtoyer une cantine de faubourg et un kebab. 

"Du flan pour la crème", titre Libération à la fin de l'an 2000. Le quotidien de gauche dézingue littéralement un "nouveau type de restaurants pour bobos frimeurs" mêlant "salade zen, musique new age, service cool et addition salée". Le critique star Jean-Luc Petitrenaud parle d'"une mode ridicule pour quelques journalistes parisiens en quête de notoriété". Alexandre Cammas n'en a cure. Il se sent conforté dans son ambition d'élever son hors-série en contre-pouvoir du Guide Michelin.  

Des événements originaux pour décrisper l'image de la cuisine

"Je sens que notre métier va être d'ambiancer le milieu de la gastronomie", raconte, a posteriori, Alexandre Cammas à Télérama. L'esprit Fooding se diffuse à la faveur des remises des prix du guide qui sont chaque année l'occasion d'organiser des événements originaux dans des lieux parisiens branchés. En 2003, les people se pressent au Palais de Tokyo où des frigos numérotés les attendent sur une bande-son calibrée par des DJs. "À la porte, on voit José Garcia, Emmanuelle Devos, Bob Sinclar et Boltanski", se souvient Alexandre Cammas.

L'année suivante, le guide prend possession des quais de Seine pour un pique-nique urbain en face du Batofar. En 2005, il fait descendre les grands chefs de palaces dans la rue pour célébrer la street-food et organise le premier rassemblement de food-trucks à Paris en 2012. Il s'invite même au MOMA de New York en 2009 avant de décliner ses événements en province. Le Fooding contribue à décrisper le milieu et rajeunir l'image de la cuisine en même temps que les téléspectateurs se prennent de passion pour Top Chef ou Masterchef.

Deuxième guide derrière le Michelin, leader sur smartphone

En quinze ans, le Fooding a accompagné l'avènement d'une génération de chefs, comme Yves Camdeborde, Philippe Etchebest ou Inaki Aizpitarte, et contribué à l'émergence de concepts comme la "bistronomie" et la cuisine des faubourgs, joyeuse et accessible. Aujourd'hui, "une citation dans le Fooding, c'est l'assurance d'un resto rempli pour un bout de temps", confiait à L'Obs le patron du Gare au Gorille, une table du quartier des Batignolles à Paris. 

Avec plus de 50.000 exemplaires vendus, son guide, publié pour la première fois en tant que tel en 2006, après quatre ans en supplément de Nova Magazine et un an dans le giron de Libération, s'est imposé comme le second de sa catégorie, derrière le Michelin, et est leader sur smartphone, où son application lancée fin 2010 passe ses bonnes tables à la moulinettes de la géolocalisation et des filtres tarifaires. Cette année, il a couronné Dersou, un restaurant parisien adepte du pairing, une discipline qui consiste à accorder mets et cocktails.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tendances Rédacteur en chef Louise Attaque
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL2.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants