1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉOS - Cats On Trees : revivez leur concert enflammé pour les 20 ans de RTL2
1 min de lecture

VIDÉOS - Cats On Trees : revivez leur concert enflammé pour les 20 ans de RTL2

REPLAY - Le duo français Cats On Trees a ravi le public de l'Olympia avec quatre titres survoltés, pour les 20 ans de RTL2, le 30 septembre.

Cats On Trees s'est produit pour la première fois à l'Olympia, pour les 20 ans de RTL2
Cats On Trees s'est produit pour la première fois à l'Olympia, pour les 20 ans de RTL2
Crédit : Little Shao
Cats on Trees chante "Sirens Call" à la soirée des 20 ans de RTL2, à l'Olympia
00:04:25
Cats on Trees chante "Ouh Ouh" à la soirée des 20 ans de RTL2, à l'Olympia
00:06:33
Cats on Trees chante "Love Song" à la soirée des 20 ans de RTL2, à l'Olympia
00:03:01
Cats on Trees chante "Jimmy" à la soirée des 20 ans de RTL2, à l'Olympia
00:03:27

Cats on Trees a fait grande impression lors de sa prestation à l'Olympia pour les 20 ans de RTL2, le 30 septembre. Le duo français a ouvert la soirée avec ses titres pop énergiques, parfaits pour motiver le public. En tout, Nina Goern et Yohan Hennequin ont interprété quatre titres sur la scène de l'Olympia, qu'ils foulaient pour la première fois. 

Les deux Toulousains n'ont d'ailleurs pas hésité à faire participer les spectateurs, pour le morceau (pour l'instant) nommé Ouh Ouh. "Pour les 20 ans de RTL2, on va vous proposer un jeu. Apprendre un morceau qui n'est pas sur l'album", propose Nina. Pas besoin de le demander deux fois : le public a ensuite chanté "Can you carry a soul ?" à pleins poumons. 

Quelques heures avant le show, celle-ci a confié à RTL2.fr que sa valise était un objet à la fois fétiche et diabolique. Nina nous a également raconté avoir perdu ses affaires, dont ses papiers d'identité, lors d'un voyage en Bolivie. "Toute l'équipe était partie, on est restés et on a passé quatre jours à découvrir La Paz (capitale du pays, ndlr) et ses environs", s'est-elle souvenue.

"On a aussi fait le tour des ambassades, a rajouté Yohan. Car on devait passer par les États-Unis, qui ne rigolent pas à propos des papiers et des formalités. Donc il fallait bien négocier. Heureusement, on a réussi à rentrer. Sinon, je pense qu'on serait resté là-bas." 

La rédaction vous recommande