1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉO - Bruce Springsteen : "Born In The U.S.A.", une critique de l'Amérique
2 min de lecture

VIDÉO - Bruce Springsteen : "Born In The U.S.A.", une critique de l'Amérique

LES CHANSONS CULTES (1/40) - Considérée par beaucoup comme un hymne patriote, la chanson "Born in The U.S.A.", est en réalité très critique à l'égard des États-Unis. Cet été, RTL2 revient sur les titres qui ont marqué la discographie d'un groupe ou d'un artiste.

Le drapeau américain qui flotte, un refrain qui reste dans l'oreille, une musique qui résonne dans les stades... Born in the U.S.A. sent les États-Unis à plein nez. Et pourtant. La chanson de Bruce Springsteen est souvent mal interprétée par ceux qui n'auraient pas jeté un œil avisé sur les paroles.

Non, la chanson n'est pas un hymne patriote à la gloire du peuple américain. Même les conservateurs s'y sont trompés lorsque la chanson est sortie aux États-Unis et ont célébré Springsteen comme un symbole des valeurs américaines. Sans voir que ce titre enregistré en 1984 est en fait farouchement politique et anti-guerre. Dans Born in the U.S.A., présent sur l'album du même nom, Springsteen critique la guerre du Viet-Nâm, engagée par les États-Unis entre 1955 et 1975. Le chanteur a lui-même eu des amis vétérans du conflit.

Un tableau des États-Unis des années 80

Visuel du single "Born in the U.S.A", de Bruce Springsteen
Visuel du single "Born in the U.S.A", de Bruce Springsteen
Crédit : Bruce Springsteen / Sony Columbia

Il démarre sa chanson en décrivant la vie misérable d'un américain des classes populaires. La transition avec le refrain à la mélodie presque joyeuse, quand l'artiste chante Born in the U.S.A., est très ironique. "J'étais à un petit concert dans ma ville / Ils m'ont mis un pistolet dans la main / M'ont envoyé dans un pays étranger / Tuer l'homme jaune", écrit Springsteen dans son second refrain. Le message est clair : les États-Unis envoient à la mort de jeunes garçons sans leur donner le choix.

Dans la suite de la chanson, Springsteen parle du retour à la maison de ces vétérans, le chômage qui les guette et le gouvernement incapable de les aider. Quand la chanson se termine, le narrateur avoue que lui n'a jamais réussi à se reconstruire, dix ans après la fin de la guerre. En très peu de mots, le Boss brosse un tableau de l'Amérique du milieu des années 80, en pleine désillusion. Maintenant, vous n'écouterez plus ce refrain positif et patriotique de la même manière.

À lire aussi

Cet été, RTL2.fr revient sur l'histoire des chansons cultes qui ont marqué la discographie d'un groupe ou d'un artiste.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/