1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉO - "Bitter Sweet Symphony", le clip bad boy de The Verve
2 min de lecture

VIDÉO - "Bitter Sweet Symphony", le clip bad boy de The Verve

LES CLIPS CULTES (36/40) - En 1997, le groupe britannique The Verve sort "Bitter Sweet Symphony", un hymne virtuose à la saveur aigre-douce de la vie.

Bitter Sweet Symphony, ou "symphonie aigre-douce". Curieux nom pour ce morceau du groupe de rock anglais The Verve, sorti en 1997 sur leur 3e album Urban Hymns. C'est pourtant ce tube qui fait basculer les quatre garçons britanniques dans une renommée internationale. 

Depuis sa formation en 1989 jusqu'à la sortie de leur troisième album, The Verve est inconnu du grand public. Il lui faudra trois albums, et plusieurs péripéties - éclatement du groupe en 1994, scandales liés à l'alcool et la drogue -, pour conquérir les charts britanniques. Avec ce hit, qui restera leur plus grand succès, le groupe reçoit 25 disques de platine à travers le monde, dont 8 en Grande-Bretagne.

Mais le titre présente une troublante ressemblance avec une version peu connue de The Last Time, chanson des Rolling Stones datant de 1965. Bitter Sweet Symphony est enregistrée sans l'accord du mythique groupe britannique : The Verve ne touche qu'une petite partie des droits d'auteur, le reste allant à l'ancien manager des Rolling Stonesle sulfureux Allen Klein. "C'est la meilleure chanson que Mick Jagger et Keith Richards aient écrite en 20 ans", déclare alors Richard Ashcroft, le chanteur du groupe, furieux de ne pas toucher l'ensemble des royalties

Un clip hommage à Massive Attack

Entre sonorités psyché tout droit sorties des années 1970 et éléments plus pop, Bitter Sweet Symphony est 
un curieux mélange de langueur et d'énergie. "On est esclave de l'argent et ensuite on meurt" : la complainte du chanteur est celle d'un jeune homme révolté par l'absurdité et la fatalité de l'existence. 

À lire aussi

Et le clip vidéo, réalisé par le réalisateur londonien Walter Stern, met parfaitement en images cette révolte tourmentée. Alors que les violons montent et dessinent la mélodie désormais culte de cette "symphonie", Richard Ashcroft déboule sur Hoxton Street, une grande avenue commerçante du nord de Londres. Hagard, il s'arrête devant un passage piéton. Quand la batterie s'ajoute, il se met à marcher, le regard fixe, imperturbable. Ignorant les passants et les obstacles, il bouscule les gens, les faisant parfois tomber, et grimpe même sur une voiture qui gêne son irrésistible trajectoire. 
La vidéo s'inspire de celle réalisée pour le clip d'Unfinished Sympathy, du groupe britannique Massive Attack. Réalisée en 1991 par Baillie Walsh, la vidéo montre la chanteuse Shara Nelson marchant dans une rue fréquentée de Los Angeles, indifférente aux passants et aux mendiants qui la sollicitent.

Tous les jours, pendant les vacances, retrouvez 40 clips d'anthologie qui ont marqué l'histoire de la musique pop-rock.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/