1. Accueil
  2. Évènements
  3. Route du Rock 2015 : Savages électrise la dernière journée du festival
3 min de lecture

Route du Rock 2015 : Savages électrise la dernière journée du festival

Dimanche 16 août a eu lieu la dernière journée de l'édition 2015 de la Route du Rock, le festival emblématique proche de Saint-Malo, avec une programmation énervée. Plus de 23.000 festivaliers se sont rendus aux quatre jours de fête.

Savages à la Route du Rock 2015
Savages à la Route du Rock 2015
Crédit : Gaelle Evellin

Pas une goutte d'eau mais peu de soleil, le temps n'est pas clément pour la dernière journée de la Route du Rock, qui s'est tenue le dimanche 16 août au Fort Saint-Père, près de Saint-Malo. Le nombre de festivaliers a lui aussi un peu chuté par rapport à la veille, comme la température, et les groupes doivent redoubler d'ardeur pour soulever les foules.

The Districts, quatuor américain juvénile, ouvre ce dernier jour de la 25e édition de la Route du Rock au Fort Saint-Père, qui a accueilli plus de 23.000 festivaliers en tout. Le groupe mouille ses T-shirts amples et dépareillés en jouant les titres rock énergiques et fougueux de son premier album, A Flourish And A Spoil. Rien de neuf ici mais une énergie qui fait plaisir à voir et une certaine dose d'efficacité prometteuse.

Le mystérieux Father John Misty

"Les gens drôles ont toujours été marginalisés, parce que la société ne sait pas quoi en faire", regrette Father John Misty, aka Josh Tillman, auprès de RTL2.fr. Pourtant, l'ancien batteur de la formation folk américaine Fleet Foxes ne se défait pas de son humour pince-sans-rire sur la Scène du Fort. "Foutons le bordel ici", décide-t-il, entre deux déhanchements de dandy et des poses à genoux. Pendant le jazzy When You're Smiling And Astride Me, il rejoint les premiers rangs et enlace les mains qui se présentent à lui.

Ce grand brun accro au thé vogue à nouveau en solo depuis 2012 et vient de sortir son huitième album, I Love You, Honeybear, compilation douce et amère de chansons d'amour consacrées à son épouse, la photographe et réalisatrice Emma Tillman.

À lire aussi

"Je n'avais d'autre choix que d'écrire sur ce sujet. Parce que cette rencontre était si exaltante et terrifiante, et un grand sentiment de vulnérabilité s'est emparé de moi sans prévenir", explique Father John Misty à RTL2.fr. "J'avais deux possibilités : écrire de manière à protéger notre intimité, ou écrire en racontant le désordre de cette histoire, comme le sexe, la cruauté et les sentiments qui vont avec." Pari réussi pour Josh Tillman, qui séduit au fur et à mesure les festivaliers avec ses titres amoureux mais jamais mielleux, au folk-rock impulsé de montées en puissance. 

Le post-punk glaçant de Viet Cong

Moins d'amour mais plus de furie du côté de Viet Cong, quatuor canadien au post-punk abrasif, déployé sur leur superbe premier album, éponyme. Le groupe enchaîne les dates dans le monde entier depuis janvier, et reconnaît que la vie de tournée n'est "pas si glamour" qu'on le croit. Dans une interview exclusive à RTL2.fr, le guitariste raconte s'être endormi à même le sol dans un aéroport, manquant de peu son vol. "On ne va pas se plaindre, on est des gars de la route. Ça ne nous dérange pas d'être dans une ville différente chaque jour", nuance le chanteur et bassiste Matt Flegel, aux yeux bleus rieurs. Le groupe a même trouvé le temps d'enregistrer des nouveaux morceaux, et espère finaliser bientôt son deuxième disque. 

Sur la Scène des Remparts, Viet Cong ne démérite pas et interprète Death, morceau compliqué de onze minutes, qui finit en orgie harmonique. Le public se prend au jeu et appuie de la tête. Leur single Continental Shelf trouve toute son ampleur sur scène, et réchauffe l'atmosphère humide de ce dimanche soir. Malgré leur force de frappe, ces passionnés refusent de se porter en étendard d'un post-punk en attente de renouveau : "On s'en fiche, et de toute façon, des groupes comme Savages nous bottent le cul quand ils veulent. Elles sont incroyables", assure Matt. 

Le triomphe de Savages

Cela tombe bien, puisque le quatuor franco-britannique féminin leur succède sur la Scène du Fort, alors que la nuit vient tout juste de tomber. Le groupe de post-rock mené par la charismatique Française Jenny Beth envoie sans salutations ses titres coup de poing, pour la plupart issus de son premier album acclamé, Silence Yourself (2013).

Vêtues de tenues noires et blanches à la fois élégantes et rock, les membres de Savages présentent de nombreuses chansons tirées de leur prochain disque, dont la date de sortie n'est pas encore annoncée. Parmi eux, The Answer et What Else reçoivent notamment l'approbation du public, peu à peu conquis par les musiciennes, excellant chacune dans leur catégorie. Adore finit de promettre un prochain opus grandiose.

La prestation de Savages est d'autant plus belle que le jeu de lumières blanches et dorées transforment Jenny and co en ombres intimidantes, presque fantomatiques. Pendant Hit Me, la chanteuse et co-fondatrice du label Pop Noire ôte ses talons à imprimés léopard pour grimper sur la barrière la séparant du public et finit par s'y jeter. Grâce à un final dansant et extatique avec Fuckers, Savages finit de faire rugir les festivaliers. L'horizon semble infini pour le groupe.

Services
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/