1. Accueil
  2. Évènements
  3. Coldplay se cherche dans "A Head Full Of Dreams"
3 min de lecture

Coldplay se cherche dans "A Head Full Of Dreams"

ON L'A ÉCOUTÉ - Avec ce septième disque, Coldplay finit d'explorer les confins d'une pop surfant entre rock et électro, et semble annoncer une nouvelle ère.

Coldplay
Coldplay
Crédit : KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Chris Martin avait annoncé A Head Full Of Dreams, le nouvel album de Coldplay (sortie le 4 décembre), comme "la fin d'un cycle". Il n'a pas menti. Ces 11 titres inédits condensent les diverses expérimentations sonores auxquelles le groupe londonien s'adonne depuis une dizaine d'années. Au fil de ses sept albums studio, Coldplay est passé des balades folk intimistes à des hymnes électro-pop-rock taillés pour les stades. A Head Full Of Dreams navigue entre ces deux extrêmes. 

Un disque à différentes facettes

De par son côté composite, A Head Full Of Dreams n'est pas un album évident à aborder. L'ambiance musicale change d'une chanson à l'autre, et certains enchaînements peuvent surprendre. Passer du calme d'Everglow à l'exubérance du titre éponyme de l'album est un peu déroutant.

Tout commence par l'explosive A Head Full Of Dreams, dans laquelle Coldpay reprend les éléments qui ont fait le succès de certains titres comme Viva La Vida ou Speed Of Sound : des choeurs extatiques, un piano guilleret, un gimmick entêtant et des guitares élancées. Le premier single, Adventure Of A Lifetime, est de cette même trempe très dynamique, et cherchant la participation du public.  

Puiser dans le passé

D'autres morceaux sont plus apaisés. C'est le cas de Birds, aux touches électriques parcimonieuses, étincelantes, mais avec une basse ajoutant du rythme et une batterie au petit trot. De quoi évoquer quelques classiques du quatuor, comme Fix You, titre de l'album X&Y, sorti il y a 10 ans. Amazing Day devrait ravir les fans du Coldplay de l'époque, avec ses cordes délicates et son piano omniprésent. 

À lire aussi

On retrouve le côté mélancolique des membres de Coldplay sur la chanson Fun, un duo avec la Suédoise Tove Lo, surtout connue pour le remix de son titre Habits (Stay High). La structure du morceau est certes classique, mais les deux chanteurs offrent une belle alchimie, et on découvre que Tove Lo peut tout à fait se passer d'auto-tune. 

Everglow, deuxième extrait officiel de l'album, repose essentiellement sur un piano mid-tempo et un chant élévateur. On croirait presque entendre la suite de Magic, morceau du précédent disque de Coldplay, Ghost Stories (2014). On peut y entendre chanter l'actrice Gwyneth Paltrow, ex-épouse de Chris Martin. Ce dernier a aussi fait appel à leurs enfants et à une douzaine d'amis pour assurer les choeurs sur certains titres. 

"Chaque personne que nous avons invitée à chanter sur cet album occupe une place importante dans nos vies, avait affirmé Chris Martin au Wall Street Journal. Sans vouloir passer pour un hippie, mais s'il y a bien une chose que j'essaie d'apprendre dans ma vie, c'est la valeur de chaque être humain." Sur le pont Kaleidoscope, une voix prophétique dit : "Soyez reconnaissant envers quiconque croise votre route, parce que chacun a été envoyé en tant que guide". 

Coldplay version hip-hop et soul

Le début d'Army Of One laisse penser qu'elle aurait pu trouver sa place sur X&Y. Mais la présence d'un sample sur lequel Chris Martin lance un chorus rappelle que l'on est bien en 2015, et que Coldplay n'a plus peur de traverser les frontières entre pop, rock et électro. Dans la seconde partie du morceau, on bascule même dans des sonorités et une manière de chanter presque hip-hop. Chris Martin voulait faire une chanson "pouvant passer très tard en boîte de nuit". 

Chris Martin s'est aussi entouré d'amis. Après avoir chanté avec Rihanna sur Princess of China, il a cette fois fait appel à Beyoncé, pour Hymn For The Weekend. On est loin du son pop-rock dont Coldplay vient. Les Londoniens offrent une ambiance pop-soul, avec des cuivres vrombrissants et des percussions électroniques faites pour danser. C'est le titre le plus surprenant de l'album, exceptés Kaleidoscope et Colour Spectrum, qui servent en fait de ponts entre deux chansons.

"Nous sommes au milieu de l'enregistrement. C'est notre septième disque et on le voit comme le septième livre d'Harry Potter [le dernier de la saga, ndlr], avait confié Chris Martin à Zane Lowe en avril 2015. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas un autre album un jour, mais c'est la fin d'un cycle." Coldplay voudra-t-il encore franchir d'autres frontières musicales ? D'ici là, le groupe se produira le 24 mai à Nice.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/