4 min de lecture Musique

Benjamin Siksou invité dans #LeDriveRTL2

REPLAY - Écoutez ou réécoutez #LeDriveRTL2 de Eric Jean Jean du 10 oct. 2017.

Eric Jean Jean #LeDriveRTL2 Eric Jean Jean
>
Télécharger #LeDriveRTL2 du 10 octobre 2017 Crédit Image : Bertrand Laidain | Crédit Média : Eric Jean Jean | Durée : | Date : La page de l'émission
Eric Jean Jean
Eric Jean Jean avec Mathilde Courjeau et Soizic Forge

Benjamin Siksou a sorti son premier album intitulé Au chant du coq le 22 septembre dernier. Il est venu nous interpréter son 1er single Ça ira ainsi qu'une reprise de Toxedomoon In a manner of speaking.


Il s'est passé 9 ans entre le moment où on te découvre à la télévision et celui où tu arrives avec cet album. Tu as fait beaucoup de cinéma entre temps. Peut-être que la chanson qui parle le plus de toi c’est cette chanson de Dick Annegarn qui s’appelle Bébé éléphant. Tu dis "Je suis un bébé éléphant égaré, j’ai perdu ma tribu". C’est ce que tu ressens vraiment dans ce monde et dans ce métier ?
Benjamin : Je trouve aussi que le texte de cette chanson reflète bien le reste de l’album où il y a une quête initiatique de parcours pour trouver sa place. Où est-ce qu’on se trouve ? Où est-ce qu’on veut être ? Au milieu de qui ? Au milieu des autres ?  C’est un thème assez récurrent dans l’album. Ce morceau c’est un "mashup", un mélange avec un autre standard Motherless Child.  Pour moi c’est vraiment deux titres qui faisaient écho. Ça avait un sens de les chanter ensemble.

À lire aussi
Grégory Ascher & Justine Salmon musique
Des objets connectés pour le bureau

Ce qui a frappé Eric Jean-Jean c’est que les chansons sont beaucoup écrites à la première personne du singulier. Tu avais besoin de te raconter dans ce premier album ?
Benjamin : Oui après je pense que le "je" vient naturellement. Je ne saurais pas dire pourquoi, ça s’est imposé en fait.

Cet album tu l’as enregistré dans une église du XVème siècle en Hollande avec un réalisateur qui a composé beaucoup de musiques de films. Comment tu t’es senti là-bas ? Comment est-ce que tu décrirais l’ambiance de ce studio ?
Benjamin : C’était un endroit magique où on est perdu dans la campagne hollandaise, les voisins c’est les chèvres, les vaches et les champs de tulipe à perte de vue.

Comment tu as trouvé cet endroit ? Et comment tu as eu l’idée d’aller là-bas ?
Benjamin : C’est mon directeur artistique, Alex Nebout, qui m’a présenté Reyn Ouwehand. Il a beaucoup travaillé avec Benjamin Biolay, Vanessa Paradis et Stephan Eicher. Il a fait des musiques de films mais il a beaucoup d’albums et de concerts avec des groupes qu’on ne connait pas chez nous. On a fait un essai sur le titre le plus ancien qui s’appelle Tomber du camion. Et comme je voulais quelque chose de frais et que c’était le plus vieux titre je lui ai demandé de le réarranger pour ne plus que je le reconnaisse. C’est ce qu’il a fait et on a adoré. On est parti sans savoir que ça allait être dans ce lieu incroyable où tout est fait pour faire de la musique.

Eric Jean-Jean fait donc le lien avec Stephan Eicher car lui aussi avait fait des enregistrements dans un hôtel ou encore dans un cinéma désaffecté. 
Benjamin Siksou a choisi de faire une reprise du groupe Toxedomoon : In a manner of speaking.
Benjamin : C’était un groupe indé des années 80. Moi je l’ai surtout connu grâce à Nouvelle Vague qui avait fait une reprise il y a quelques années.

Tu as écrit quasiment tous les textes, il y a simplement une reprise de Dick Annegarn. Mais il a de bonnes fées qui t’ont pas mal aidées : Ben Mazué, Pierre Grillet qui a écrit pour Bashung notamment. Est-ce que ces gens-là définissent aussi ton univers musical ? Ben Mazué il a des punchlines qui tournent plutôt vers le rap et le slam.
Benjamin : Ben Mazué, ce n’est pas un puriste d’un style en particulier. Il va là où il a envie, il y a de la soul, il y a du rap, il y a de la chanson française. Je me souviens l’avoir découvert avec une reprise d’Anne Sylvestre. On a les mêmes références.

Parmi ces références il y a Bashung ?
Benjamin : Pierre Grillet, Bashung et Madame rêve qui est le titre qui m’a fait rentrer dans son univers. Parce qu’avant Bashung je ne comprenais rien du tout, je ne comprenais pas un mot.

Parfois on ne comprend pas mais c’est beau quand même, non ?
Benjamin : Oui et c’est là où je dis qu’il faut y croire. Il faut croire à ce conteur à ce qu’il raconte et pour ça il y a vraiment une étape à passer pour vraiment y croire. Moi c’est à partir de Madame rêve que je suis rentré là-dedans, je n’en suis plus sorti.  Et ça m’a même vachement traumatisé Bashung un moment car dès que j’écrivais un truc je trouvais ça nul. Il y a un moment où il faut dépasser l’influence pour arriver à soi. Mais c’est ce genre de mec comme Lou Reed, Bowie qu’on ne peut pas cataloguer dans un style. Ils sont allés vers eux, c’est ça le plus beau des messages.

Tu as pas mal de concerts qui arrivent dès novembre 2017. À quoi ça ressemble Benjamin Siksou sur scène ?
Benjamin : On est 4 sur scène. On va partir du son de l’album pour le faire dériver. Je pense qu’il n’y a pas un concert qui ressemble à un autre. Après c’est le public qui change beaucoup les choses à 50%.

Tu penses déjà à la scène quand tu écris et que tu composes tes morceaux ? À la manière dont ils peuvent vivre en public ?
Benjamin : Ça arrive oui ! Peut-être plus à l’enregistrement. Quand on écrit, on est auteur et interprète, forcément on transpose et on se projette. On y pense forcément à comment on va le chanter.

Est-ce que tu as eu des exemples pour la scène que tu as voulu imiter ?
Benjamin : On ne peut que piquer au début et après tu deviens toi. James Chance, qui est de la même scène de Toxedomoon, a dit qu’il a tout piqué à James Brown. Et que toute sa vie il a fait que pomper James Brown, que c’est un James Brown blanc. Il fait du punk - free jazz en dansant comme James Brown et en faisant un truc très personnel. Il m’a un peu déclenché quelque chose sur scène dans le fait d’y aller et qu’il n’y a rien à perdre.

Benjamin Siksou sera donc en tournée ainsi que le 28 novembre 2017 au Café de la danse à Paris. 

Benjamin Siksou en session acoustique dans les studios de RTL2 Crédits : Bertrand Laidain | Date : 10/10/2017
5 >
Benjamin Siksou en session acoustique dans les studios de RTL2 Crédits : Bertrand Laidain | Date : 10/10/2017
Benjamin Siksou en session acoustique dans les studios de RTL2 Crédits : Bertrand Laidain | Date : 10/10/2017
Benjamin Siksou en interview dans #LeDriveRTL2 Crédits : Bertrand Laidain | Date : 10/10/2017
Benjamin Siksou, Eric Jean Jean et Mathilde Courjeau Crédits : Bertrand Laidain | Date : 10/10/2017
Benjamin Siksou dans les studios de RTL2 Crédits : Bertrand Laidain | Date : 10/10/2017
1/1
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Musique Diaporama
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL2.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants