1. Accueil
  2. Évènements
  3. "Wango Tango" : l'émission de métal hurlante sort une compilation
5 min de lecture

"Wango Tango" : l'émission de métal hurlante sort une compilation

STORY - Zégut revient sur ce rendez-vous quotidien, le premier sur le métal en France. Un coffret inédit de quatre disques est disponible dès ce lundi.

La compilation "Wango Tango" contient quatre CDs
La compilation "Wango Tango" contient quatre CDs
Compilation "Wango Tango" - Teaser officiel
02:49

Ce lundi, les rayons des disquaires vont à nouveau hurler. En cause ? La première compilation officielle, en quatre CDs, de l'émission de "métal hurlant" Wango Tango. Diffusée entre 1980 et 1990 sur RTL, elle était présentée par Francis Zégut.

L'animateur à la barbe au moins aussi fournie que sa culture musicale se souvient : "Je bossais depuis pas mal de temps en tant que standardiste et assistant des émissions de RTL. En 1980, ils ont instauré une grille d'été où ils cherchaient des jeunes animateurs. Laurent Ruquier a envoyé une cassette. On était pléthore ! J'ai eu l'idée de faire une maquette sur le métal. D'abord, parce que j'aimais ça fondamentalement, depuis que j'avais 14-15 ans, avec Jimi Hendrix, Led Zeppelin, Black Sabbath. Et puis, de plus en plus de monde en écoutait."

Improvisation et humour

Dès cette maquette, Zégut pose l'esprit de Wango Tango : "On passe du métal. On gueule comme du métal." La formule est simple : "Je passe trois titres et je raconte des conneries en hurlant." Son idée est retenue. Selon lui, RTL ne fait alors que remplir son devoir de radio généraliste. Ne reste qu'à trouver un nom. Wango Tango est retenu, en référence à un album du même nom, sorti en 1980 par Ted Nugent. "C'est de l'argot américain avec une petite connotation sexuelle", précise Zégut, aujourd'hui à la tête de Pop-Rock Station By Zégut sur RTL2. La moitié de l'émission de ce soir sera d'ailleurs consacrée à cette compilation.

La règle était de faire une émission comme un petit concert.

Zégut

Zégut improvise des mini-sketchs entre chaque chanson diffusée. Il invente des personnages, et s'inspire notamment des bandes dessinées de Christian Binet, connu pour Les Bidochons : "La règle était de faire une émission comme un petit concert. Il y avait deux micros en l'air et on gueulait dessus. Je prenais la guitare en carton et je racontais des conneries à l'intérieur."

À écouter aussi

Zégut revendique "un côté déconneur" qu'il a toujours eu. "On a cassé des paires d'enceintes parce que tout était à bloc. C'était vraiment une éclate. Il n'y avait pas de calcul dans l'histoire", se souvient-il, parlant de Wango Tango comme d'une "bande-dessinée sonore métal".  

Après cinq émissions tests en 1980, diffusées entre 23 heures et minuit, Wango Tango passe en hebdomadaire en janvier 1981. Petit à petit, elle devient quotidienne et attire en moyenne 200.000 auditeurs. Des directeurs de RTL finissent même pas y passer, sous de faux noms. Comme Philippe Labro, surnommée Don Calabro par Zégut. 

Une émission ancrée dans son temps

"On a passé Iron Maiden et Guns'n'Roses pour la première fois en France, mais aussi plein de pépites, des groupes qui ne sont rien devenus", se félicite Zégut.

On a passé Iron Maiden et Guns'n'Roses pour la première fois en France.

Zégut

Selon lui, Wango Tango a eu l'avantage d'être créée au bon moment : "Les années 80 et 90 ont été les années glorieuses du métal, tout simplement parce qu'il s'en est écoulé des millions d'exemplaires. L'émission est arrivée en même temps que le Back In Black d'AC/DC, qui s'est vendu à un million d'exemplaires en France. Ça a ouvert des portes et c'est devenu ultra populaire. Tous les classements étaient trustés par les disques de métal."

Wango Tango a répondu aux besoins du public métaleux, en mal de médias spécialisés : "L'émission fonctionnait du feu de Dieu. Il n'y avait pas de FM, ni de libre antenne. Pas d'autre émission de métal, ni même, de presse métal. Il n'y avait rien. On a fait des scores extraordinaires. Je me souviens d'une fois où Ozzy Osbourne devait jouer au Zénith de Paris, et finalement il n'est pas venu. La moitié du Zénith est venue rue Bayard pour demander ce qu'il s'était passé, parce qu'ils n'étaient pas au courant. On ne les avait pas informés."

"Wango Tango" est arrivée en même temps que le "Back In Black" d'AC/DC

Francis Zégut

Le livret fourni avec le coffret collector de Wango Tango dévoile la playlist du premier numéro "officiel" de l'émission, diffusé le 16 janvier 1981 : "Avec le recul, je la trouve ancrée dans ce qui passait à l'époque. Il y a Led Zeppelin, Scorpions, Iron Maiden, mais aussi des noms de la nouvelle vague comme Def Leppard et Tygers of Pan Tang. Et puis Queen, catalogué au fil du temps comme pop ou dansant. Sheer Heartattack est quand même un sacré morceau de métal ! Stonebolt et Doucette sont des pépites, les morceaux étaient assez extraordinaires. Je mettais à la fois des points de repère aux gens, et des découvertes." 

Ces "pépites", Zégut les trouvait alors chez des disquaires parisiens, comme Champs Disque ou Givaudan. Ils importaient beaucoup d'albums venant d'Angleterre, notamment. "Je faisais la tournée le samedi pour trouver le Graal et le passer à la radio la semaine suivante", résume Zégut, qui arborait à l'époque une moustache digne d'Astérix.   

Montrer les nuances du métal

Même après son arrêt en 1990, Wango Tango n'est pas tombée aux oubliettes. Les gens en parlent régulièrement à Zégut : "Dans la rue Bayard, il y a un cabinet d'avocats. Un mec en costard est venu, me demandant si c'était moi qui faisait Wango Tango. Il m'a dit 'Vous m'accompagniez quand j'avais 16 ans et que je commençais mes études.' Boulangers, vignerons, des gens d'univers complètement différents écoutaient cette émission", explique l'animateur. 

C'est en partie pour cela que l'idée d'une compilation est apparue, également encouragée par David Dutreuil de Warner Music."Tout ce qui est dans le coffret passait dans l'émission. Il ne faut pas cataloguer le métal comme un truc 'brutiste'. Entre les extrêmes, il y a Nine Inch Nails, Faith No More, Rage Against The Machine, par exemple. La musique n'a pas de frontières, que ce soit dans le métal et en-dehors", estime Zégut.

Une musique devenue populaire

Entre septembre 2014 et janvier 2015, il a fallu contacter les labels et managers pour pouvoir réunir les 61 titres présents sur la compilation Wango Tango. Les plus grands groupes ont répondu à l'appel : "Metallica, Iron Maiden et Mötley Crüe, parmi d'autres, n'ont pas oublié que Wango Tango existait dans les années 80, et que ça leur avait fait du bien", indique Zégut. Cette reconnaissance le touche : "J'ai l'impression d'avoir bien fait mon boulot. Être animateur, c'est transmettre quelque chose. Ces groupes qui ont vendu des millions d'albums à travers le monde prouvent que mon intuition n'était pas mauvaise. Ils ont eu du succès grâce aux auditeurs. J'ai la sensation du devoir accompli."

Nul doute que cette compilation devrait trouver un écho : "Le métal ne s'est jamais tari. Il y a toujours autant de fans, si ce n'est plus. Le Hellfest attire 150.000 personnes sur trois jours ! C'est passé du côté populaire, dans le sens noble du terme", analyse Zégut. Appliqué, il a écrit une note explicative pour chaque morceau : "Il s'agit à chaque fois d'une anecdote avec de la précision, et l'esprit de Wango Tango. Ça déconne pas mal."

Wango Tango, Warner Music France, sortie le 30 mars 2015

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/