1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉOS - "Pet Sounds" et "Blonde On Blonde" : 2 albums cultes fêtent leurs 50 ans
3 min de lecture

VIDÉOS - "Pet Sounds" et "Blonde On Blonde" : 2 albums cultes fêtent leurs 50 ans

Le 16 mai 1966 sortaient le chef d'œuvre des Beach Boys, et l'un des albums les plus audacieux de Bob Dylan. Deux disques devenus emblématiques.

"Blonde on Blonde" et "Pet Sounds" sont sortis il y a 50 ans
"Blonde on Blonde" et "Pet Sounds" sont sortis il y a 50 ans
Crédit : STRINGER / AFP / UNIMEDIA/SIPA

La coïncidence est assez rare pour être soulignée. Il y a 50 ans jour pour jour (même s'il existe différentes théories sur la date de sortie "réelle" du second) sortaient deux albums pop-rock devenus cultes : Pet Sounds, du groupe californien The Beach Boys, et Blonde on Blonde, de Bob Dylan. Chacun a leur manière, ces disques sont devenus des références. S'ils ont marqué la carrière de leurs géniteurs respectifs, cela n'a été qu'à rebours.  

Avec Pet Sounds, Brian Wilson, tête pensante des Beach Boys, a voulu montrer qu'ils pouvaient être autre chose que des stéréotypes de surfeurs méchés et dragueurs. Au grand dame de leur maison de disque, affolée par l'échec commercial du disque. Il lui faudra l'épreuve du temps pour devenir culte. De son côté, Bob Dylan a voulu, à travers Blonde on Blonde, écrire de manière plus frontale, et joindre un peu plus l'électricité à l'univers normalement acoustique de la musique folk. 

"Pet Sounds", la démesure pop

Les années 60 sont celles d'un changement politique et social profond pour les États-Unis. Le combat pour les droits civiques de la communauté afro-américaine est mené tambour battant dans les rues, les étudiants se révoltent contre un pouvoir institutionnel archaïque et la guerre du Vietnam, tandis que les femmes réclament plus d'égalité à tous les niveaux de la société. Du côté des transistors, l'industrie musicale veut encore apporter de l'insouciance à la jeunesse, et le surf-pop est alors en plein essor. The Beach Boys sont l'un des groupes majeurs de ce genre musical qui préfigure les popstars et autres groupes à midinettes. Proprets sur eux, ses 6 membres chantonnent des hymnes sentant bon le sable chaud. Mais pour le génie qu'est Brian Wilson, le carcan devient étouffant.

Pour Pet Sounds, 11e album du groupe, Brian Wilson s'enferme dans un studio de Los Angeles, et compose seul. Il tente de retranscrire, tant bien que mal, les mélodies qu'il "entend" dans sa tête. L'homme souffrait d'hallucinations auditives et visuelles. Le leader des Beach Boys s'épuise à la tâche, et laisse son imagination déborder. Il a l'idée de mêler cordes, percussions, instruments à vent, guitare et... bruits d'animaux. D'où le nom, Pet Sounds. Après avoir péniblement convaincu ses compères, ils enregistrent le disque, qui ne rencontre pas son public.

À lire aussi

The Beach Boys sont trop en avance sur leur temps, touchant du doigt les prémices du rock psychédélique, un an avant le Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club des Beatles. Baroque, grandiloquent et décalé, Pet Sounds finira par être apprécié à sa juste valeur. Ses titres God Only Knows et Wouldn't It Be Nice sont d'ailleurs devenus les titres les plus emblématiques du groupe. 

"Blonde on Blonde", l'audace de Bob Dylan