1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉOS - Nicola Sirkis, le leader d'Indochine, fête ses 56 ans
2 min de lecture

VIDÉOS - Nicola Sirkis, le leader d'Indochine, fête ses 56 ans

Le chanteur d'Indochine fête son anniversaire lundi 22 juin. L'occasion de revenir sur la carrière de son groupe à travers neuf titres emblématiques.

Nicola Sirkis, le chanteur d'Indochine
Nicola Sirkis, le chanteur d'Indochine
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière

Nicola Sirkis souffle ses 56 bougies lundi 22 juin. Le chanteur et leader d'Indochine fait partie des artistes français les plus populaires depuis les années 1980. Retour sur une carrière impressionnante et pourtant jalonnée d'étapes difficiles.

L'histoire a commencé en 1981. À cette époque, Nicolas Sirkis a 19 ans et est manager d'un groupe de rock. Mais celui-ci ne rencontrant pas le succès escompté, le jeune homme décide de monter une formation avec son frère Stéphane, un ami, Dominique Nicolas ainsi que Dimitri Bodianski. Leur créneau : mêler les sonorités exotiques et issues des synthétiseurs à une certaine énergie rock. Et cela marche puisque sur scène, ils assurent les premières parties de groupes en vogue du moment comme Depeche Mode et Taxi Girl.

Indochine, machine à tubes des années 1980

La carrière d'Indochine a démarré sur les chapeaux de roue. En 1982, dès la sortie du premier album, le public est au rendez-vous. Intitulé L'Aventurier, le disque se vend à plus de 250.000 exemplaires, porté par le tube éponyme sur les aventures de Bob Morane, devenu mythique dès l'été qui a suivi sa sortie.

Nicola Sirkis et les siens ne comptaient pas se reposer sur leurs lauriers. Après Le péril jaune, deuxième album qui s'intéresse à l'Asie, le groupe va marquer un grand coup avec son troisième disque, sobrement nommé 3. L'année 1985 sera ainsi marquée par les tubes d'Indochine, avec entre autres 3ème sexe, Canary Bay ou encore 3 nuits par semaines.

Une période difficile

À lire aussi

Au sortir d'une décennie marquée par ce que l'on a appelé "l'Indo-mania", les quatre compères sortent un album anniversaire pour fêter leur dix ans de carrière. Leur public, toujours aussi fidèle, en achètera 600.000 exemplaires. Mais après ce succès, le groupe va connaître une petite traversée du désert. Face à cette légère baisse de régime, Dominique Nicolas, le guitariste, prend la décision de quitter le groupe. Mais même sans l'un de ses membres fondateurs Indochine continue à exister, bien que le groupe se fasse plus rare sur scène et dans les bacs. 

En 1999, alors qu'Indochine est en studio pour composer son huitième album, son guitariste Stéphane Sirkis, frère de Nicola, décède des suites d'une hépatite fulgurante. Danceteria verra tout de même le jour, bien que sa sortie ait été décalée. "C'est le meilleur album d'Indo, il est féérique", écrit Nicola Sirkis dans une lettre adressée à son frère disparu publiée sur le site officiel du groupe.

Le retour aux sommets

Après une période difficile, Indochine va retrouver les sommets au début des années 2000 pour ne plus les quitter. Sorti en 2001, l'album Paradize connaît un immense succès, grâce notamment à son single phare, J'ai demandé à la lune. Quatre ans plus tard, Alice & June puis La république des météors en 2009, confirment que la bande de Nicola Sirkis, seul membre d'origine encore dans le groupe, a su passer le cap du nouveau millénaire, lui qui était si souvent associé aux années 1980.

Black City Parade, le dernier album d'Indochine composé entre Paris, Bruxelles, Tokyo et Berlin et sorti en 2013, a une nouvelle fois rencontré son public. En un an, plus de 200.000 copies s'en sont écoulées.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/