1. Accueil
  2. Évènements
  3. Etienne Daho : le pionnier de la pop made in France en 9 titres
3 min de lecture

Etienne Daho : le pionnier de la pop made in France en 9 titres

VIDÉOS - En 30 ans, Etienne Daho n’a cessé de repenser les codes de la chanson française et a tracé une carrière semée de tubes intemporels.

Etienne Daho
Etienne Daho
Crédit : Photo Fred Tanneau / AFP

Le premier album d’Etienne Daho, Mythomane, sort en 1981. Le chanteur, avec sa mèche rebelle et son air juvénile, a débuté quelques mois plus tôt sur la scène rennaise aux Transmusicales. Auprès de ses amis du groupe Marquis de Sade et des Stinky Toys (Elli Medeiros et Jacno), il développe un son pop et new wave qui lorgne du côté de ce qui se fait outre-Manche. Le succès n’est pas immédiat, mais avec son premier titre Il ne dira pas et sa boucle entêtante, il attire l’attention de la presse rock.

Deux ans plus tard, il sort le single Le Grand Sommeil. Cette fois, les synthés pop et le refrain accrocheur séduisent le grand public et effacent l’échec de Mythomane. Daho peut sortir son deuxième album, La Notte, La Notte, illustré par une célèbre photo signée Pierre & Gilles, qui montre le chanteur en marinière, un perroquet sur l’épaule.

Disque d’or un an après sa sortie, La Notte, La Notte est l’album de tous les tubes et lance véritablement la carrière du chanteur et la "Dahomania". Il contient notamment son titre le plus célèbre, Week-end à Rome, sur lequel il est accompagné de son amie Lio et qu’il chante lors d’une tournée à guichets fermés.

Daho a su passer le cap des années 80

Avec son ami Franck Darcel de Marquis de Sade, fidèle collaborateur depuis ses débuts, Daho enregistre Tombé pour la France. Ce premier single précède la sortie de l’un de ses plus grands disques : Pop Satori. La musique, qui joue encore une fois sur une boucle électronique dansante, est signée Arnold Turboust, compositeur du célèbre Epaule tattoo. Deux ans après, en 1988, il sort Pour nos vies martiennes sur lequel figure Bleu comme toi.

À lire aussi

En 1991, Etienne Daho s’éloigne de l’électro avec Paris ailleurs. Un disque résolument pop qu’il part enregistrer à New York avec l’ex-membre des Valentins, Edith Fambuena. Saudade est le parfait exemple des ballades amoureuses et lumineuses de l'album. Plus il avance dans sa carrière, plus les disques du chanteur se font personnels. Après Eden et Corps et armes, tous les deux disques d’or, il enregistre un duo tout en jeux de mots avec Charlotte Gainsbourg sur Réévolution.

Le parrain de la jeune scène tricolore

En 2010, Etienne Daho part sur les routes avec Jeanne Moreau pour chanter Le condamné à mort de Jean Genet. Son dernier album, L’invitation, est sorti en 2007, et ses fans s’impatientent. En 2013, alors qu’il s’apprête à sortir Les chansons de l’innocence, qui renoue avec la pop de ses débuts, il frôle la mort après une péritonite. 

Loin de lui donner envie de prendre du recul, l’expérience le pousse à repartir sur scène et son Diskönoir tour est un succès national. Véritable parrain de la jeune scène, il invite les jeunes chanteuses de Au revoir Simone à le rejoindre pour chanter la chanson-titre de l'album. Une nouvelle page s’ouvre dans la carrière d’un chanteur qui n’a pas fini de réinventer la pop à la française.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire