1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉO - "Thunderstruck", le clip électrique d'AC/DC
2 min de lecture

VIDÉO - "Thunderstruck", le clip électrique d'AC/DC

LES CLIPS CULTES (5/40) - En 1990, le groupe de hard rock AC/DC sort son nouveau tube, "Thunderstruck". Au programme de son clip, une caméra embarquée et des fans déchaînés.

Le 17 août 1990, la Brixton Academy, mythique salle de concert londonienne, aurait bien pu exploser. La scène aurait pu prendre feu, foudroyée par l'énergie électrique de Brian Johnson (chant), Angus Young (guitare), Malcolm Young (guitare rythmique) et Chris Slade (batterie). Il faut dire que pour les fans d'AC/DC, il n'est pas question de rater une occasion pareille : pendant ce concert spécial, le clip de Thunderstruck, single phare du 11e album du groupe, The Razors Edge, va être tourné.
Et comme à son habitude, le groupe australien ne lésine pas sur les moyens pour rendre le show proprement dément. Pour l'occasion, un immense échafaudage, qui rappelle l'architecture des prisons américaines, est installé tout autour de la salle. Agglutinés sur cette structure métallique, plus de 2.000 fans, vêtus du Tee-shirt "I was Thunderstruck", entrent littéralement en transe aux premières notes du riff. Ils chantent en chœur pour accompagner l'arrivée tant attendue du chanteur et de sa voix de chat écorché.

Des pionniers du style "GoPro"

Thunderstruck, ou le pouvoir d'un riff efficace
Thunderstruck, ou le pouvoir d'un riff efficace
Crédit : Capture d'écran du clip officiel de Thunderstruck

Avec AC/DC, le show doit être absolu et l'expérience magique. Alors que le téléphone portable n'existe même pas encore, les musiciens ont l'idée de fixer une caméra à leurs instruments. Résultat : le clip débute sur la baguette du batteur, qui frappe sur ses caisses à un rythme effréné. Au rythme de la musique, la caméra devient, elle aussi, survoltée.

C'est ensuite au tour de la guitare d'Angus Young d'être affublée d'une caméra. Résultat : une vue panoramique sur les doigts du guitariste, maître dans l'art du tapping, une technique consistant à taper sur les cordes de la guitare plutôt qu'à la pincer. Avec cette caméra nichée au cœur des instruments, AC/DC dit définitivement adieu à toute notion d'immobilité : les fans, les musiciens, le décor, tout bouge, tout saute.
Côté coulisses, la recette de Thunderstruck ressemble à celle de la plupart des hits du groupe de hard rock australien : un riff efficace couplé à une énergie démentielle.

"Tout a commencé avec un petit air que j'avais à la guitare. Je l'ai joué à Mal [Malcolm Young, le bassiste du groupe], et il a dit : 'Oh, j'ai une idée de rythme qui pourrait très bien aller derrière'. On a écrit la musique à partir de ça."

Angus Young, guitariste d'AC/DC

Côté paroles, le groupe avoue n'avoir pas cherché beaucoup plus loin : "On avait juste à trouver un bon titre... Finalement, on a trouvé cette idée de tonnerre et ça sonnait vachement bien dessus". Une preuve que quand le tonnerre gronde, plus besoin de beaucoup de mots.

À lire aussi

Tous les jours, pendant les vacances, retrouvez 40 clips d'anthologie qui ont marqué l'histoire de la musique pop-rock.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire