1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉO - "Kiss me forever", le clip 100% belge de Julien Doré
2 min de lecture

VIDÉO - "Kiss me forever", le clip 100% belge de Julien Doré

LES CLIPS CULTES (38/40) - Ce clip aussi simpliste que loufoque a nécessité trois jours de tournage outre-Quiévrain, par une météo... très fraîche.

"Il fait -128 degrés" s'exclame le chanteur, à son arrivée en gare de Bruxelles-Midi, dans une vidéo qui raconte l'histoire du clip. Nous sommes au cœur de l'hiver 2011, et Julien Doré rejoint l'équipe du tournage. Il a lieu en Belgique, à mille lieues des clips stéréotypés : pas de scène bling-bling ou d'interprète mélancolique penché sur un piano. Non, Julien Doré et son équipe ont choisi de tourner dans la cité de la Roe, zone pavillonnaire située à Peruwelz, commune wallonne à quelques minutes de la France.

"Pas de bling-bling"... À nuancer tout de même. Car le propre du clip de Kiss me Forever est de mettre à l'honneur un style intemporel, assumé en tous temps par Julien Doré : le kitsch. Rien à voir avec les clips de Kanye West ou de Jay-Z. Ici, le kitsch se retrouve dans la tenue des danseurs, Adrien et Thomas, gringalets charmants se dandinant torse-nu dans un shorty rouge. Ces derniers arrivent avec Julien Doré dans le lotissement à bord d'une vieille Honda Civic customisée, proche de l'azur, elle aussi délicieusement kitsch.

L'arche de Doré

Ajoutez à cela trois bichons, on ne peut plus raccords avec le nom de l'album, "Bichon" : alors le clip devient une référence en termes de kitsch. Et les trois figurants frisés ne sont pas venus seuls : sur le plateau - en plein air - deux chèvres, deux cochons, un lama et des oies sont également de la partie. Outre ce bestiaire, les figurants humains sont des locaux, parmi lesquels les deux "mamans des bichons", Dolinda et Nelly, qui apportent au clip la convivialité et la sympathie qui font la renommée de nos voisins belges. 

Julien Doré en concert
Julien Doré en concert
Crédit :

Le clip de Kiss me Forever, comme les précédents, donne à voir la simplicité de Julien Doré et de son équipe. "C'est un gros clip, c'est de la chanson française, y'a du budget", ironise le chanteur, dans sa petite chambre d'hôtel sombre. Julien et les danseurs essaient leurs tenues dans une salle de gym du coin, avant d'y élaborer la chorégraphie, faussement simpliste, volontairement ridicule. À l'origine, elle devait être effectuée par quatre danseurs. Faute d'avoir le quatrième, l'équipe décide de n'en garder que deux. Mathieu, la troisième recrue, rejoint Dolinda et Nelly à la figuration, vêtu du maillot de foot du club allemand de Blau Weiss Ahlen, disparu en 1996. 

À lire aussi

Un seul regret pour ce clip : après avoir visionné la vidéo qui montre son élaboration, on regrette presque que la musique ne permette pas d'entendre les accents des habitants présents dans certaines scènes. Alors, l'hommage à la Belgique aurait été total.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/