1. Accueil
  2. Évènements
  3. Muse en a mis plein la vue à l'AccorHotels Arena
5 min de lecture

Muse en a mis plein la vue à l'AccorHotels Arena

EN IMAGES / NOUS Y ÉTIONS - Muse a débuté ses 6 concerts printaniers à l'AccorHotels Arena le 26 février. Une scénographie incroyable et un jeu de lumières époustouflant ont porté le show de près de 2 heures.

Matthew Bellamy sur la scène de l'AccorHotels Arena, le 26 février 2016
Matthew Bellamy sur la scène de l'AccorHotels Arena, le 26 février 2016
Crédit : Béranger Tillard
Matthew Bellamy sur la scène de l'AccorHotels Arena, le 26 février 2016
Muse a défendu son album "Drones" à l'AccorHotels Arena
Muse n'a pas fait voler de drones à l'AccorHotels Arena
Matthew Bellamy est le chanteur et guitariste de Muse
L'AccorHotels Arena affichait complet pour Muse le 26 février 2016
Muse donne 6 concerts à Bercy en février et mars 2016
Muse est un groupe familier de Bercy
Matthew Bellamy sur la scène de l'AccorHotels Arena, le 26 février 2016 Crédits : Béranger Tillard
Muse a défendu son album "Drones" à l'AccorHotels Arena Crédits : Béranger Tillard
Muse n'a pas fait voler de drones à l'AccorHotels Arena Crédits : Béranger Tillard
Matthew Bellamy est le chanteur et guitariste de Muse Crédits : Béranger Tillard
L'AccorHotels Arena affichait complet pour Muse le 26 février 2016 Crédits : Béranger Tillard
Muse donne 6 concerts à Bercy en février et mars 2016 Crédits : Béranger Tillard
Muse est un groupe familier de Bercy Crédits : Béranger Tillard
1/1

Avec 20 ans de carrière et des millions d'albums vendus au compteur, le groupe Muse en est à un tournant critique de sa carrière où il tente de concilier grandeur et proximité avec son public. C'est ce qu'il a réussi à faire le 26 février à l'AccorHotels Arena, dans le quartier de Bercy, à Paris. Le trio britannique a ouvert ses 6 concerts parisiens avec un show dantesque, où les spectateurs en ont pris plein les yeux pendant presque deux heures. Il a essentiellement joué des titres de ses trois derniers albums, sûrement au grand dam de ses fans les plus puristes. 

Entrée en fanfare

Depuis le HAARP Tour, Muse soigne ses entrées en scène. On avait droit à une arrivée surprise au milieu de la fosse, au Parc des Princes en 2007, puis une mini-manifestation pour The Resistance Tour au Stade de France en 2010 et enfin, une explosion suivie d'un jet de flammes sur The 2nd Law Tour, passé lui aussi par le Stade de France, en 2013. Cette fois, des hommes en tenue de soldat futuriste, cachés par un casque affublé de lumières bleues, prennent place autour de la scène, alors que les lumières de la salle sont encore allumées. Les trois membres de Muse, Matthew Bellamy (chant, guitare), Dominic Howard (batterie) et Christopher Wolstenholme (basse), arrivent sous les hourras de la foule à 21h30.

Ils démarrent avec Psycho, l'un des titres les plus forts de Drones, leur dernier album, centré sur la thématique de la guerre. C'est d'ailleurs une ambiance quasi apocalyptique que propose le trio, nourrissant toujours ses obsessions pour le pouvoir et la rébellion.

Un show guerrier

Après une petite pause électronique sur The Second Law : Isolated System, Muse revient en force avec The Handler. Pour ce morceau au riff efficace, des effets visuels poussés ont été imaginés. Par un jeu de faisceaux et d'images de synthèse, Matthew Bellamy et Chris Wolstenholme semblent être des marionnettes contrôlées par une main géante, grâce à des fils

On est très content d'être à Paris, on vous aime tellement !

Matthew Bellamy
À lire aussi

"C'est génial d'être de retour à Bercy, enfin à l'AccorHotels Arena, berk !, dit Bellamy dans une grimace. On est très content d'être à Paris, on vous aime tellement !" Le plaisir est partagé. Le public chante en chœur le refrain de Uprising, tandis que des images d'affrontement entre des manifestants et des policiers sont diffusées sur les écrans géants.

Pendant The Globalist, le public est immergé dans la construction en accéléré d'un vaisseau, avant une explosion qui laisse voir des paysages ravagés. Des rideaux transparents sont déployés partout autour de la scène, pour y projeter ces scènes effrayantes. Il y a de quoi se croire en plein film de science-fiction, tant les images de synthèse projetées ensuite, représentant l'espace, sont époustouflantes. La salle étant plongée dans le noir, le rendu en est d'autant plus impressionnant. Le trio originaire de Teignmouth offre juste après un beau moment avec Drones, titre où Bellamy fait vibrer son falsetto comme dans un cantique.

La scénographie est tout aussi impressionnante sur Undisclosed Desires. Des sortes d'hologrammes en feu des trois membres de Muse sont projetés sur les rideaux transparents, alors que les musiciens sont plongés dans la pénombre, presque invisibles. On a cependant un regret : le groupe avait annoncé, promis même, des drones volants pendant cette tournée, mais l'AccorHotels Arena n'en a pas profité. Plusieurs ballons transparents avec un petit engin à l'intérieur étaient pourtant disposés en haut de la scène, mais ils n'ont pas bougé de la soirée. 

Une scénographie grandiose et optimisée

Pour cette nouvelle tournée, Muse a vu les choses en grand. Une large scène circulaire est disposée au centre de la fosse, à hauteur des yeux des spectateurs. Deux longs podiums s'étirent de part et d'autre, et terminent chacun sur une scène plus petite et surélevée, pour atteindre les extrémités de la salle. De quoi rappeler les scénographies à 360 degrés imaginées par U2 lors de ses deux dernières tournées. 

En tout, 8 micros sont disposés. Matthew Bellamy court de l'un à l'autre pendant et entre les chansons, et même Christopher Wolstenholme change régulièrement de place. La scène centrale tourne aussi sur elle-même, ce qui permet à Dominic Howard d'être visible de tous, notamment pendant Plug In Baby et Supermassive Black Hole. Le groupe n'avait donc pas menti : impossible qu'un seul spectateur se sente lésé ce soir. 

Une setlist rock

Alors qu'ils sont à peine 4 sur scène, aidés de leur fidèle Morgan Nicholls aux claviers, Muse impressionnent toujours par leur capacité à faire autant de bruit en étant si peu nombreux. Muse enchaîne les tubes et les titres issus de Drones, mais n'offre que 2 titres d'Absolution (Hysteria et Time Is Running Out), un d'Origin of Symmetry (Plug In Baby) et aucun de Showbiz, leur premier disque. Le groupe privilégie ses chansons les plus rock, offrant deux instants plus pop avec StarlightMadness, Mercy et Undisclosed Desires.

La guitare stridente de Supermassive Black Hole fend l'air de l'AccorHotels Arena comme un couperet, tandis que Matthew Bellamy parle au public à l'aide du pad de sa guitare avant de lancer la chanson culte Plug In Baby. On retient aussi l'excellente Reapers, qui permet à nouveau d'apprécier les talents de guitariste de Bellamy. 

Pour Starlight, Bellamy délaisse au contraire sa guitare pour chanter librement, sans instrument, et courir d'un bout à l'autre de la scène. C'est donc Morgan Nicholls qui le remplace discrètement à la tâche. "Plus fort !", exhorte en français le chanteur à la foule, au moment du refrain. À la fin de la chanson, les inévitables énormes ballons noirs remplis de paillettes sont lâchés au-dessus du public. Alors que Bellamy a disparu, ses deux comparses s'amusent à les faire exploser un à un.

En guise de final, Muse plébiscite à nouveau Knights of Cydonia, que les spectateurs reconnaissent dès les premières notes d'harmonica assurées par Chris Wolstenholme. L'AccorHotels Arena saute au rythme de la guitare, et se réveille un peu sonné quand les lumières réapparaissent. Il y a encore 5 dates pour en profiter. 

La setlist : 
1. Psycho
2. Dead Inside
3. Hysteria 
4. Plug In Baby 
5. The Second Law : Isolated System
6. The Handler
7. Resistance 
8. Supermassive Black Hole
9. Starlight
10. United States of Eurasia 
11. Madness 
12. Undisclosed Desires 
13. [JFK]
14. Reapers
15. Time Is Running Out 
16. Uprising 
17. The Globalist 
18. Drones 
19. Mercy 
20. Knights of Cydonia  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/