1. Accueil
  2. Évènements
  3. Les tics de langage dans l'air du temps
2 min de lecture

Les tics de langage dans l'air du temps

REVUE DE PRESSE - Et si vous " partiez sur " un article qui décortique les formules et les expressions en vogue, " en mode " enquêteurs de la grammaire. Si ça vous intéresse, " Pas de souci ! ". D'ici-là, " belle journée ", et surtout " bon courage ".

nous utlilisons tous des tics de langage au quotidien
nous utlilisons tous des tics de langage au quotidien
Crédit : iStockphoto
Jules Roy

Les tics de langage sont omniprésent dans notre vocabulaire et ils traduisent souvent notre pensée ou notre façon de nous comporter. C'est ce qu'on apprend grâce à Marianne.net.

La fameuse litote : " c'est pas faux "

Pour des générations de Français, la litote est associée à Chimène, qui, lance à don Rodrigue : " Va, je ne te hais point. " dans la pièce Le Cid de Pierre Corneille. Dans le même style, aujourd'hui nous sommes devenus des adeptes du " c'est pas faux ", " il n'a pas tort " ou encore " j'ai pas détesté ".

En réalité, nous utilisons des litotes parce que nous n'assumons pas nos avis. C'est une façon de ne pas provoquer le clash et d'éviter les dérapages.

" J'avoue "

Voilà un autre tic de langage que tous nos enfants utilisent. Toutes les deux phrases on entend un " j'avoue ". Il a remplacé le " oui ", " je suis d'accord ", et même " c'est clair ". Avec " j'avoue ", on a l'impression d'avoir été convaincu par des arguments imbattables.

Le " entre guillemets " avec le signe des doigts qui va avec...

À lire aussi

Pour bien comprendre l'expression voici un exemple très simple : On peut parler de " la carrière ", entre guillemets de Nabilla pour souligner que le terme employé est peut-être abusif en ce qui la concerne. C'est simple, les guillemets permettent de marquer une distance avec ce qu'on dit, d'être ironique, même à l'oral.

" Bon courage "

L'expression que l'on utilise pour tout et n'importe quoi. Elle a pratiquement remplacé le " bonne journée " à la machine à café, le " au revoir " de Giscard d'Estaing, et c'est souvent le dernier mot que l'on dit à son boulanger, son pharmacien ou son charcutier comme si toute la société était en dépression. En gros, c'est l'expression à bannir.  Sur ce on vous souhaite " bon courage ", enfin " bonne chance " ou plutôt " bonne journée ", tout simplement.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/