1. Accueil
  2. Évènements
  3. Biffy Clyro : "On assume enfin d'être un gros groupe"
5 min de lecture

Biffy Clyro : "On assume enfin d'être un gros groupe"

RENCONTRE - Biffy Clyro présente à RTL2.fr "Ellipsis", son 7e album, disponible le vendredi 8 juillet. Le trio écossais a dû surmonter une intense période de doute pour réussir à l'écrire, et se réinventer.

Biffy Clyro dévoile son nouvel album, "Ellipsis", le 8 juillet
Biffy Clyro dévoile son nouvel album, "Ellipsis", le 8 juillet
Crédit : Augustin Hargrave

Alors qu'on patiente dans le couloir feutré de l'un des étages de l'hôtel Grand Amour, même l'épaisse porte n'est pas suffisante pour étouffer les rires. Simon Neil (chant/guitare), James Johnston (basse) et Ben Johnston (batterie) font rimer promotion et bonne humeur. Dans une chambre ressemblant à un loft digne d'un catalogue branché, le trio écossais enchaîne les interviews avec un enthousiasme débordant, à quelques pas de la Gare de l'Est, à Paris. À eux trois, ils forment Biffy Clyro depuis plus de 20 ans, l'un des groupes emblématiques de la scène rock britannique de la dernière décennie.

Biffy Clyro est passé de simple projet musical à une machine de guerre, à travers deux trilogies d'albums entre hard rock et rock alternatif. Ces 2 dernières années, cette belle harmonie s'est rompue pour la première fois. Vidé par Opposites, un sixième album dantesque et une tournée interminable, Simon Neil a sombré dans le doute et la dépression. Petit à petit, ses camarades de scène et frères de coeur l'ont aidé à s'en sortir. En résulte Ellipsis, un disque mordant et plein de vie, dans les bacs le 8 juillet.

Profession de foi

Ellipsis démarre très fort, par Wolves of Winter, premier single officiel. Un riff hard rock en guise d'introduction, des chœurs agressifs, avant l'arrivée d'un duo explosif guitare/batterie qui lance une course exaltante. "Nous avons accompli bien plus que nous n'aurions jamais pu imaginer/Maintenant tu vois bien/Que tu peux parvenir à faire tout ce que tu veux/Rappelle-toi simplement qu'il n'y a pas de 'jeu' dans une équipe/Et qu'il faut être 2 pour être brillant", chante Simon Neil sur le refrain. 

"Cette chanson est drôle parce qu'elle pourrait complètement être l'hymne de Biffy Clyro. Elle explique que personne ne peut nous rendre heureux à faire ce que l'on fait, à part nous-mêmes", résume le pétillant Simon Neil.

Aussi ridicule que cela puisse paraître, on se sent enfin bien dans notre peau

Biffy Clyro
À lire aussi

Après des années à vouloir prouver sa légitimité, parfois critiqué pour être passé de formation punk à groupe de rock remplissant les stades, Biffy Clyro a fini de s'excuser : "On est défini comme membres de Biffy Clyro, et à un moment, ça nous a fait peur, confie le chanteur aux longs cheveux noirs. Alors qu'au fond, c'est ce qu'on a toujours voulu être. Aussi ridicule que cela puisse paraître, on se sent enfin bien dans notre peau. La 'culpabilité du groupe de punk rock qui joue dans des stades' est terminée. Les gens peuvent nous rejoindre dans notre aventure, sinon ce n'est pas grave."

Ellipsis est le disque avec lequel Biffy Clyro avance fièrement, au lieu de se cacher derrière la musique. Pour preuve : le titre Animal Style, "le plus crado que j'ai jamais écrit", se félicite Simon Neil. 

Le trio reconnaît s'être un peu perdu avec son prédécesseur, Opposites (2013), formé de 20 chansons. "C'est facile de perdre le côté artistique quand les choses prennent de l'ampleur, reconnaît Simon Neil. On a commencé à se reconnecter à la musique, c'est la bataille que nous avons toujours menée. On était très ambitieux sur notre précédent album, mais il ne faut pas tomber là-dedans, se dire 'c'est le genre de musique que l'on devrait jouer'. On parvient enfin à assumer d'être un gros groupe mais aussi ce qui va avec, et que ça ne nous définit pas."

Surmonter un passage à vide

Se reconnecter à la musique n'a pas été simple. Épuisé par l'enregistrement d'Opposites et la tournée mondiale qui a suivi - la plus longue de leur carrière - Simon Neil, tête pensante du trio, s'est senti vidé : "Être dans cette bulle pendant si longtemps a eu un effet sur notre créativité et notre inspiration, regrette-t-il. Normalement, quand on termine une tournée, je n'ai besoin que d'une dizaine de jours pour me remettre d'aplomb et pour la première fois, je n'ai pas eu cette sensation." 

Pis : l'Écossais a dû faire face à une énorme crise personnelle et artistique. "Je me suis toujours vu comme un auteur de chansons, et je n'avais pas conscience à quel point ma confiance en moi est liée à ça. Je pensais qu'il suffisait d'attendre que l'inspiration vienne, mais j’avais tort."

Pour se remettre d'aplomb, Simon Neil s'est rendu en Californie avec son épouse - ils vivent dans son village natal écossais - et ses deux acolytes. Ils ont pris leur temps avant de rentrer en studio. Simon a écrit la chanson Re-arrange en guise de mea culpa : "Je ne suis pas forcément la personne la plus facile à vivre, encore plus pendant la crise de confiance que j’ai eue, reconnaît-il auprès de RTL2.fr. L’idée de cette chanson est de remercier les personnes qui m’ont accompagné, et que je ne voulais surtout pas les blesser. Que je ferai de mon mieux mais que je ne peux rien garantir." 

Le groupe a découlé de notre amitié, plutôt que l'inverse

Biffy Clyro

"C'est le seul groupe dans lequel on a jamais été, on joue ensemble depuis nos 14 ans, rappelle Simon Neil, tandis que les jumeaux Johnston acquiescent. Le groupe a découlé de notre amitié, plutôt que l'inverse. On fait de la musique parce qu'on aime ça, pas avec un plan de carrière derrière la tête." "Dans la vie, il faut avoir un but. C'est tout ce que nous avons fait depuis nos 14 ans, c'est ce qui nous fait nous lever tous les matins. Quand on nous enlève ça, on se sent vide", poursuit James. 

Une nouvelle ère

Petit à petit, Biffy Clyro a à nouveau réussi à écrire des chansons. "On a fait les choses à l’envers, raconte Ben Johnston. On ne savait pas où on allait, ce qui était très différent des autres albums. Simon commençait à la guitare acoustique et chantait, puis il laissait vivre le morceau en lui et on se mettait d’accord sur quoi faire. C’était une manière très amusante d’enregistrer." Ils comptent bâtir cette nouvelle trilogie de disques dans cet esprit.

Le dernier album de Beyoncé est bien plus audacieux que les derniers disques de rock parus

Simon Neil

Le trio expérimente avec les technologies à leur disposition, s'éclate et prend en exemple l'inventivité des albums de hip-hop. "Le dernier album de Beyoncé (Lemonade, ndlr) est bien plus audacieux que tous les disques de rock que j’ai entendus ces dernières années", estime Simon Neil. 

La pochette d'"Ellipsis"
La pochette d'"Ellipsis"
Crédit :

Ellipsis est aussi le premier album où Simon, Neil et Ben apparaissent sur la pochette. Et ils n'ont pas eu froid aux yeux puisqu'ils posent nus, en position fœtale. "L’idée, c’était d’avoir l’air vulnérables", révèle James Johnston. "Quand on a pris la photo, on a su que ce serait la pochette et tout le monde pensait qu’on plaisantait", rappelle Simon Neil.

When three become one!! Thank you Chaim Machlev - unbelievable work. Forever grateful. #dotstolines

Une photo publiée par Biffy Clyro (@biffy_clyro) le

Les trois amis sont même allés plus loin, en se faisant encrer un énorme "matching tattoo" - leur troisième, pour marquer chaque trilogie d'albums - qui commence sur Ben, se poursuit sur James et se termine sur Simon. "Les 3 lignes représentent à la fois nos trajectoires personnelles et en tant que groupe. Nos vies ont peut-être pris des tournants, mais nous sommes contractuellement liés à Biffy Clyro", plaisante le chanteur. Promis : ils garderont de la place pour d'autres "tatouages de groupe". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/
</