1. Accueil
  2. Évènements
  3. Alanis Morissette, la sensibilité à fleur de peau
4 min de lecture

Alanis Morissette, la sensibilité à fleur de peau

PORTRAIT - Alors qu'une réédition fêtant les 20 ans de "Jagged Little Pill" sort le 30 octobre, retour sur le parcours d'une artiste aux chansons d'amour cultes.

Alanis Morissette se livre sans fard dans ses chansons
Alanis Morissette se livre sans fard dans ses chansons
Crédit : Michele Laurita

Alanis Morissette a atteint le statut de star du rock avec Jagged Little Pill, son troisième album, sorti en 1995. Pour fêter les 20 ans de sa sortie, une réédition contenant dix titres inédits sortira le 30 octobre, dont le single Superstar Wonderful Weirdos. Avec ses chansons d'amour déchirantes et ses textes introspectifs sans filtre, Alanis Morrissette a ouvert le champ pour les auteures pop-rock. Hypersensible, la chanteuse et compositrice originaire du Canada a toujours vu la musique comme un exutoire. Retour sur son parcours. 

L'amour conté en chansons

Popstar au Canada dès l'adolescence, pendant laquelle elle a sorti deux albums, Alanis Morissette ne voulait pas se contenter de distraire les gens : "Je n'étais pas complètement satisfaite par le fait de n'écrire de la musique que pour amuser", avoue la chanteuse dans une interview en 1996. C'était assez gratifiant, au début, de sortir les gens de leur vie de tous les jours et de les faire sourire, mais je savais que j'avais bien plus à dire."

L'amour deviendra le sujet de prédilection d'Alanis Morissette, de même que sa contemporaine Shania Twain, et bien avant Taylor Swift. "Je pense que la douleur et la transition qu'elle demande sont très inspirantes", reconnaît-elle dans une interview de 1996. 

Dans le single You Oughta Know, son premier succès à l'international, tiré de Jagged Little Pill, Alanis Morrissette s'adresse à un homme infidèle : "Je veux que tu saches, que je suis heureuse pour toi/Je ne vous souhaite rien d'autre que le meilleur à vous deux/Une version plus vieille que moi/Est-elle pervertie comme moi/Est-ce qu'elle te ferait une fellation au cinéma/Parle-t-elle de manière éloquente ?/Va-t-elle porter ton bébé ?/Je suis sûre qu'elle ferait une excellente mère", clâme la chanteuse au début du titre.

Je n'ai pas écrit 'You Oughta Know' pour me remettre avec cet homme, mais pour me libérer

Alanis Morissette
À lire aussi

En plus des paroles assassines, Alanis Morrissette mélange refrains énervés et couplets murmurés, reflétant ses différents états d'âme. "Je ne pense pas que quelqu'un me blessera autant que la personne à qui est dédiée You Oughta Know", affirme la chanteuse dans cette même interview de 1996, à la télévision néo-zélandaise. "Je n'ai pas écrit cette chanson pour me remettre avec cet homme, mais pour me libérer."

Combattre ses démons

C'est avant tout pour elle-même qu'Alanis Morissette transporte ses états d'âme en musique. Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook le 8 septembre, Alanis Morissette partage son hypersensibilité. Un tempérament qu'elle assume à présent, notamment grâce à la lecture du livre de psychologie The Highly Sensitive Person, d'Elaine Aron : "20% des êtres humains et des animaux ont ce trait d''hyper sensibilité' et ce trait de caractère nous fait grandir dans certaines situations, tout en nous donnant des défis à relever dans d'autres", résume la chanteuse. "Lire ce livre a normalisé une part de moi dont j'ai été à la fois honteuse et fière tout ma vie."

Dans le titre Thank U, issu de l'album Supposed Former Infatuation Junkie, Alanis Morissette évoque un autre sujet très personnel : ses troubles alimentaires. Elle en a souffert pendant l'adolescence et la vingtaine, sous la pression d'un employé de maison de disque qui lui demandait de perdre du poids. "Et si on se débarassait de ces antibiotiques/Et si j'arrêtais de manger quand je me sens rassasiée/Et que dire de ces carottes transparentes/Et de ce prestige furtif", se demande la chanteuse dans Thank U.

Le clip est à l'image de ce représente cette chanson pour Alanis Morissette : la chanteuse y apparaît nue, au milieu des passants. Une autre preuve que son art lui permet de se révéler entièrement, pour mieux combattre ses démons. Elle s'est également engagée auprès de l'Association National des Troubles Alimentaires.

Une quête spirituelle

Alanis Morissette a écrit Thank U, ainsi que d'autres chansons issues de Supposed Former Infatuation Junkie, à la suite d'un voyage spirituel en Inde. À l'époque, la chanteuse a pris un an et demi de pause après la longue tournée qui a suivi Jagged Little Pill.

"J'avais l'impression de vivre dans une culture qui me disait constamment de regarder en-dehors de moi pour ressentir cette béatitude éphémère. J'avais pourtant fait beaucoup de choses que la société m'avait dictées et je ne me sentais toujours pas en paix", confie Alanis Morissette dans l'émission Storytellers de VH1, en 1999.

"J'ai commencé à tout remettre en question et me suis rendue compte que tout était une illusion et cela m'a fait peur car tout ce auquel je croyais disparaissait sous mes yeux", se souvient-elle. "Il s'en est résulté une sorte de mort, très belle, mais très effrayante, donc je me suis arrêtée."

Avec 'Thank U', j'ai voulu parler de toutes nos opportunités de nous définir nous-mêmes

Alanis Morissette

En faisant ce cheminement intérieur, Alanis Morissette a eu une révélation : "Je me suis arrêtée pour la première fois et j'ai été submergée par un énorme sentiment de compassion pour moi-même, tout d'abord, et cela s'est naturellement traduit en compassion pour chacun autour de moi, et une montagne de gratitude que je n'avais jamais ressenti jusque là. C'est pour cela que j'ai dû écrire cette chanson, Thank U, parce que je devais exprimer combien c'était excitant et effrayant, et parler de toutes nos opportunités de définir qui nous sommes." 

On m'a dit très jeune que je devais servir, alors cela a fini par me faire croire que je dois sauver la planète

Alanis Morissette

Pour être en accord avec cette nouvelle vision des choses, Alanis Morissette a abandonné le catholicisme pour le bouddhisme, regrettant auprès du Guardian "l'environnement chauvin et patriarchal" dans lequel elle a grandi. "En Inde, j'ai ressenti de la gratitude. De l'humilité. Ma rage s'est montrée sous un nouveau jour. [...] On m'a dit très jeune que je devais servir, alors cela a fini par me faire croire que je dois sauver la planète."

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/