3 min de lecture Cinéma

"Star Wars 7" : après les critiques élogieuses, le retour de flamme ?

RÉDAC CHEF INVITÉ - Le dernier épisode de la saga imaginée par George Lucas a obtenu un accueil plus que favorable à sa sortie. Mais deux semaines plus tard, les critiques négatives sont de plus en plus nombreuses.

Et si "Star Wars 7" ne plaisait pas à tout le monde ?
Et si "Star Wars 7" ne plaisait pas à tout le monde ? Crédit : Disney / Lucasfilm
Martin Cadoret

A-t-on le droit de ne pas aimer Star Wars ? À en croire les premières critiques du film, toutes élogieuses, la réponse est non. Pourtant, de nombreux articles sur les incohérences ou les déceptions engendrées par le film sont diffusés, quelques semaines après la sortie du film. Les membres du duo Lilly Wood and The Prickrédacteurs en chef invités de RTL2.fr, étaient eux-mêmes un peu déçus par le concept même d'une suite. "Star Wars doit être rétro-futuriste. Ça n'a pas de sens de refaire une trilogie maintenant, parce qu'on perd le charme un peu kitsch des premiers volets", explique le groupe. La ferveur autour de Star Wars : Le Réveil de la Force n'est pas si unanime que cela.

Attention, ce qui suit risque de révéler des éléments du film.

Manque d'inventivité ?

Ce qui est le plus souvent reproché au Réveil de la Force, le 7e épisode de la saga, c'est son prétendu manque inventivité. Slate a mené la charge dès la sortie du film en parlant d'un film "archi-prévisible", sans "rebondissement surprise ni idée de cinéma". Même George Lucas y a ajouté son petit grain de sel en taclant Disney : "Ils voulaient faire un film rétro. Je n'aime pas ça". Forcément, contenter les fans de la première heure et les nouveaux venus n'allait pas se faire sans encombres pour J.J. Abrams. Il fallait à la fois respecter l'esprit de la saga en ne trahissant pas les vieux personnages, tout en rajoutant suffisamment de nouveauté pour réveiller un intérêt pour la nouvelle trilogie.

À lire aussi
La bande-son des "Gardiens de la Galaxie 2" met à l'honneur les classiques des années 1970 musique
"Gardiens de la Galaxie 2" : Cat Stevens, Fleetwood Mac... une bande-son culte
Retrouvez Lilly Wood & The Prick, Minuit et Declan McKenna en concert Très Très Privé le 20 janvier

Beaucoup de critiques cinéma ont repris l'argument du manque d'inventivité deux semaines après la sortie du film - sans doute ont-ils attendu pour ne pas aller à contre courant de la ferveur collective au moment de la sortie en salles. Ainsi, un journaliste du Los Angeles Times parle d'un film "tristement peu imaginatif et ennuyeux dans les grandes largeurs". "Et surtout, il reproduit servilement le film de George Lucas de 1977 à un point où cela devient presque du plagiat, écrit le critique. On s'est joué de nous. On nous a servi un reboot peu original qui ajoute peu de nouvelles idées, si ce n'est aucune, à la mythologie des films et à tout le marketing qui l'entoure", écrit Brian Merchant de Vice. Le journaliste reconnaît tout de même que le film est loin d'être le plus mauvais de la saga.

Un scénario faible ?

Autre critique qui revient souvent : la supposée faiblesse du scénario. Le Huffington Post américain a recensé les 40 ratés de l'histoire (selon lui). Certains arguments sont presque de mauvaise foi, tandis que d'autres soulèvent des questions légitimes pour les fans, comme par exemple le manque de contexte politique. Où se trouve la République, quasi inexistante dans ce volet ? Quels sont les liens entre la Résistance, menée par Leïa Organa, et la République ?

Ces critiques viennent peut-être du fait que la pré-trilogie de George Lucas des années 2000 avait donné, à rebours du film de J.J. Abrams, des explications détaillées concernant le fonctionnement politique de la République et de son Sénat. Mais pour  Alyssa Rosenberg du Washington Post, ce manque de politique dans Le Réveil de la force ne porte pas préjudice au film. "En fait, le contexte politique a peu de sens, mais c'était sans doute nécessaire pour que l'on comprenne que la Résistance, comme les Rebelles (des précédents volets, ndlr), sont une bande d'outsiders et non pas le bras armé d'un gouvernement légitime", écrit la journaliste.

Après tout, l'intérêt de Star Wars, c'est aussi de laisser une grande place à l'imagination. C'est l'avis de Stephen Benedict Dyson, de Politico. "George Lucas lâchait des grosses informations dans le script et les laissait exploser dans notre imagination. [...] Et nous étions impressionnés par les possibilités infinies de cet univers", écrit le journaliste. Les fans en manque d'explications ne devraient pas rester frustrés très longtemps. Les scénaristes auront largement le temps d'explorer ces problématiques politiques avec deux suites, plusieurs spin-off et tout un univers de livres et de séries.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Rédacteur en chef Lilly Wood and the Prick
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL2.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants