1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉOS - Gorillaz : 5 raisons qui en font un groupe culte
4 min de lecture

VIDÉOS - Gorillaz : 5 raisons qui en font un groupe culte

DÉCRYPTAGE - Gorillaz planchera dès septembre 2015 sur un nouvel album. Après cinq ans de silence, cet opus est très attendu. Retour sur cinq ingrédients qui ont fait la recette du succès de ce groupe atypique.

Les 5 raisons qui ont fait de Gorillaz un groupe culte
Les 5 raisons qui ont fait de Gorillaz un groupe culte
Crédit : Thomas Samson / AFP
La Rédaction numérique de RTL2
La Rédaction numérique de RTL2

"Je commence les sessions d'enregistrement en septembre pour le nouvel album de Gozillaz". À la suite de cette déclaration de Damon Albarn sur ABC, les fans du groupe virtuel doivent jubiler. Après cinq ans de silence, les Anglais reviendront enfin sur le devant de la scène. Fini donc les tensions entre Jamie Hewlett et Damon Albarn, le manque de temps du leader de Blur ou les annonces d'un retour avortées. 

Depuis leur dernier opus, The Fall (2010), les passionnés du groupe ont certes pris cinq ans mais n'ont toujours pas oublié Murdoc Niccals, 2-D, Russel Hobbs ou même Noodle, les personnages fictifs du groupe. Comment Gorillaz est-il devenu un groupe culte à la popularité inchangée ?

1. Le leader : Damon Albarn

Damon Albarn porte le projet Gorillaz depuis le début. Grâce à son passé avec Blur, il donne de l'énergie, de l'inventivité et de la crédibilité aux musiques de la bande. Il trouve en cette expérience, un moyen de se lâcher totalement. C'est pourquoi Gorillaz n'a pas vraiment d'étiquette musicale.

Du punk rock à la pop en passant par l'électro, les membres s'affranchissent des codes musicaux et se débarrassent des contraintes. Il n'est donc pas étonnant de voir des artistes d'horizons complètement différents tels que De La Soul, Madonna ou Snoop Dogg collaborer avec le groupe transgenre. Leader de Gorillaz, à qui il a insufflé toute sa passion, Damon Albarn ne s'arrête plus. "J'ai juste été vraiment très occupé. J'aimerais juste retrouver cette routine, être à la maison puis en studio cinq jours par semaine", a-t-il déclaré sur ABC. Nul doute que le prochain album réservera aux fans quelques ovni musicaux.

2. Des tubes phares

À lire aussi

Gorillaz (2001), Demon Days (2005), Plastic Beach (2010), The Fall (2010)... Avec ces quatre albums, Gorillaz est devenu un des groupes incontournables de la dernière décennie. Multipliant les tubes, ce groupe virtuel, pionnier du genre, a aligné les succès sans trop de casse. En 2005, lorsqu'ils sortent Demon Days, quatre ans après leur premier opus, les membres du groupe connaissent la consécration.

Plongeant sans cesse leurs groupies dans une attente interminable, Albarn et consorts bousculent la sphère musicale. Le premier single de l'album, Feel Good Inc, featuring De La Soul, connaît un succès monstre dans les pas de Clint Eastwood. Sur le même projet, Dare fait également un carton. Ce n'est pas une surprise si, en 2005, les MTV Europe Music Awards consacrent Gorillaz "Meilleur Groupe de l'année".

3. Une identité graphique marquée

Chacun de ces titres est accompagné d'un clip original où les créatures de Gorillaz entrent en scène et racontent une histoire. Sous le crayon de Jamie Hewlett, binôme de Damon Albarn a l'origine de l'aventure, naissent Murdoch, 2-D, Russel Hobbs ou même Noodle. Ces primates mi-manga, mi-bd ornent les clips, images, affiches et pochettes d'albums du groupe. Derrière ces personnages, les deux hommes inventent l'identité du groupe

Le concept de Damon Albarn est simple : avancer caché. Derrières ces primates évoluent les différents membres du groupe ainsi que les guests. Il n'y avait donc rien d'étonnant à ce que Jamie Hewlett, graphiste britannique et dessinateur de la bande-dessinée culte Tank Girl, annonce en début d'année le retour de Gorillaz avec un dessin

4. Un engagement contre le star system

Cette façon d'avancer incognito est loin d'être une blague faite par Albarn et Hewlett. Derrière ce concept de groupe virtuel, novateur à l'époque, se cache une véritable conviction :  Damon Albarn veut dénoncer le "star system" qu'il considère comme un cartoon

"Beaucoup de musiciens s'intéressent davantage à leur célébrité qu'à leur musique. Ils ont le même physique, affichent le même sourire, font les mêmes chansons, parlent des mêmes sujets. On n'est pas loin de Coca Cola ou de Mac Donald's. Je veux perdre cette célébrité pour trouver davantage de magie dans la musique." déclare-t-il en 2001. Avec Gorillaz, Damon Albarn se lâche. Ainsi, les artistes se succèdent, prennent tour au tour le rôle des personnages et se joignent à Mike Smith, Cass Browne et Damon Albarn : les trois membres récurrents du groupe.

5. Du virtuel au réel

Comment mêler personnages fictifs sans que les musiciens montrent leur visage sur scène ? Lors de sa première tournée, Gorillaz suscita la déception de ses fans. Et cela fut compréhensible puisque le groupe se produisit sur scène...derrière un drap tendu. Attaché à son concept, Dalbarn et les autres membres du groupe ont multiplié les stratagèmes pour éviter de se montrer.

En projetant des clips et des vidéos inédites, en utilisant des murs fumés pour se cacher ou des hologrammes pour être représenté, Gorillaz a tenu bon jusqu'à sa dernière tournée mondiale. En 2010, le groupe a dévoilé les visages de ses membres sur scène. Le show fut total. Au lieu de briser le lien entre le groupe anglais et ses fans, cet anonymat a renforcé leurs relations. C'est pourquoi le prochain album est toujours autant souhaité.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire