1. Accueil
  2. Évènements
  3. VIDÉO - "Girls Just Want To Have Fun", l'hymne girl-power né d'une chanson machiste
2 min de lecture

VIDÉO - "Girls Just Want To Have Fun", l'hymne girl-power né d'une chanson machiste

LES CHANSONS CULTES (21/48) - Si la chanson de Cyndi Lauper reste, encore à ce jour, un hymne féministe, la version originale était nettement moins engagée.

En 1983, les jeunes filles adeptes des coupes de cheveux déstructurées rehaussées d'un chouchou et des jupes grunge trouvent leur cri de ralliement : Girls Just Want To Have Fun, tube sucré et rafraîchissant d'une nouvelle venue de la scène pop US baptisée Cindy Lauper.

Le succès est immédiat et l'album qui en découle, She's So Unusual, se vend à des millions d'exemplaires à travers le monde. Pourtant, si cette ode à la liberté résonne encore à ce jour dans les esprits des jeunes femmes désireuses d'émancipation, elle est née de la plume d'un homme, Robert Hazard. Et mises dans la bouche d'un homme, ces paroles légères font plutôt référence à des filles que ne le sont pas moins. 

Auteur, compositeur et interprète, Robert Hazard écrit et enregistre Girls Just Want To Have Fun en 1979. Dans cette première version, dont les paroles sont étonnamment restées inchangées lorsque Cyndi Lauper s'en est emparée, il demande à ses parents de lui pardonner son oisiveté, argumentant que "les filles veulent juste s'amuser". Un amusement qu'il leur procure, aussi enclin à collectionner femmes que Cyndi Lauper à les aider à étancher leur soif d'indépendance. 

Un couplet, en particulier, a disparu dans la reprise de Cyndi Lauper. Des vers dans lesquels Robert Hazard raconte son aventure avec une fille engagée avec un autre, en s'amusant des sentiments que celle-ci porte à son petit-ami.

Je sais ton amour pour lui
Il est aussi profond que le jour est long
Je sais que tu ne ferais rien pour lui faire du mal
Mais quand je toque à la porte
Ça n'a pas d'importance

Robert Hazard
À lire aussi

Trente ans plus tard, le combat pour l'égalité des sexes continue. Et si le tube de Cyndi Lauper reste indémodable, certains condamnent le décalage de la légèreté du texte avec la gravité de la condition féminine. Le titre de la chanson a même fait l'objet d'un détournement par le Planning Familial américain, rapidement devenu viral. La chanteuse elle-même lui a donné un tout autre ton en mai dernier. Invitée sur le plateau du Late Late Show with James Corden, elle a changé les paroles du refrain pour réclamer l'égalité salariale entre les femmes et les hommes.

Cet été, RTL2.fr revient sur l'histoire des chansons cultes qui ont marqué la discographie d'un groupe ou d'un artiste.

La rédaction vous recommande

Commentaires