1. Accueil
  2. Évènements
  3. Pourquoi le festival Le Rock dans tous ses états est mort
4 min de lecture

Pourquoi le festival Le Rock dans tous ses états est mort

L'organisation de l'événement rock d'Évreux, crée il y a 33 ans, vient d'annoncer la fin du festival, suite à des problèmes financiers.

Louise Attaque au Rock dans tous ses Etats d'Evreux
Louise Attaque au Rock dans tous ses Etats d'Evreux
Crédit : D.Bioux / Facebook Le Rock dans tous ses Etats

Le Rock dans tous ses états est mort, vive le Rock dans tous ses états ! Les problèmes financiers et les différents avec la mairie auront eu raison du festival d’Évreux. Un événement qui mettait à l'honneur les musiques actuelles, et qui avait réussi à se faire une place dans l'agenda - déjà chargé - des festivals français. Et ce genre de litige dépasse de beaucoup les frontières de la Normandie.

Car nombreux sont les festivals à souffrir des diminutions de subventions et des coupes budgétaires. Mis à part les géants que sont Les Vieilles Charrues, Rock en Seine ou Solidays, les petites manifestations souffrent. La culture faisant les frais du contexte de crise actuel, le cas du festival d’Évreux n'est pas isolé.

Les organisateurs du Rock dans tous ses États ont annoncé, dans un communiqué de presse publié le 20 décembre, la mort du festival. En cause, un déficit estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros, que la mairie impute à la mauvaise gestion de l'association l'Abordage, organisatrice du festival, dont la mairie à précipité la dissolution. Une raison officielle qui pourrait être loin des vraies motivations de ce sacrifice.

L'annonce de la mort du Rock dans tous ses Etats
L'annonce de la mort du Rock dans tous ses Etats
Crédit : Le Rock dans tous ses états / Facebook

Un festival lourdement endetté

"À Évreux, le Rock dans tous ses états est mort", peut-on lire en lettre capitales en introduction du communiqué de presse diffusé par l'association l'Abordage. Voilà 33 ans que le festival rythmait les étés normands, avant ce brutal arrêt. En cause, la manifestation serait, selon les la mairie, un gouffre financier. Pour Jean-Pierre Pavon, l'adjoint à la culture de la ville, la dette cumulée de l'Abordage s'élèverait à 500.000 euros. Un chiffre que conteste Thierry Auzoux-Lavallé, le président de l'Abordage, pour qui le calcul du déficit aurait été fait "à la louche". Contacté par RTL.fr, le président de l'Abordage explique en effet que la dette du festival s'élèverait en fait à 250.000 euros.

À lire aussi

La mairie aurait-été selon lui, sourde à toute proposition de remise à flots de l'association. "J'ai demandé 150.000 euros de subventions exceptionnelles, qui auraient permis d'épurer la dette et de sauver l'Abordage et le festival (...). On aurait pu le faire !" s'agace celui qui a vu naître le festival il y a plus de 30 ans. Pourtant, l'édition 2016 du Rock dans tous ses états avait rassemblé quelque 20.000 festivaliers, soit le double de l'année précédente.

L'argument financier ne tient pas

Thierry Auzoux-Lavallé, président de l'Abordage

Pour lui, Auzoux-Lavallé, "l'argument financier ne tient pas", bien qu'il "ignore les véritables raisons" de la dissolution de l'association, qui sera effective le 9 janvier prochain, après la liquidation judiciaire prononcée par le tribunal. Pour le maire, la dissolution définitive de l'Abordage et du festival est justifiée. "Nous allons investir pour relancer ce festival et non pas pour sauver une structure comme l’Abordage, qui est déjà au fond de l’eau. La Région est prête à mettre plus d’argent pour faire venir des artistes mais elle ne mettra pas la main à la poche pour sauver l’Abordage. Le Département non plus", a confié Guy Lefrand, le maire d'Évreux, à Paris Normandie.

Bientôt un nouveau festival à Évreux ?

Contacté par RTL.fr, Jean-Pierre Pavon, l'adjoint à la culture de la ville nie toute raison cachée de l'arrêt de subventions à l'Abordage. "Ce n'est pas politique, c'est financier", maintient-il, avant d'ajouter : "Si on avait voulu sauver l'Abordage, il aurait non seulement fallu financer le festival, mais aussi renflouer les caisses" de l'association.

La mairie d’Évreux souhaite néanmoins recréer un festival, qui aurait lieu le dernier week-end de juin. Un événement confié à une nouvelle association. L'événement changera de nom, l'appellation Le Rock dans tous ses états appartenant à l'Abordage. "On travaille sur la mise en place du festival, en restant très attachés à son ADN, à sa spécificité", ajoute Jean-Pierre Pavon.

Le Rock dans tous ses états, un cas loin d'être isolé

En 2015, on parle d'une centaine de festivals qui ont dû s'incliner face aux coupes budgétaires. Fragilisés par le manque de subventions, bon nombre de manifestations avaient suspendu leur édition 2015, voire arrêté toute activité. Le plus vieux festival de musique classique de Strasbourg, Le Midi Festival de Hyères, Les Voix du Gaou dans le Var ou les Muzik'Elles en Seine-et-Marne ne sont que quelques exemple ces manifestations culturelles décimées.

Pour Thierry Auzoux-Lavallé, président de l'association l'Abordage, les mairies ont volontairement délaissé la culture. En cause, le contexte de crise actuel et la "politique brutale" des maires, qui préfèrent investir dans d'autres causes. Autant d'annulations ou de suppressions de manifestations culturelles qui ont été répertoriées sur une carte interactive par Emeline Jersol, médiatrice culturelle dans la région de Valenciennes.

Voir en plein écran

En 2015, la dernière étude de la SACEM recensait 1.887 festivals de musiques actuelles, en France. Si 92 d'entre eux ont disparu au cours de l'année dernière, 109 autres se créaient. A savoir si, compte tenu de la mort de nombreuses manifestations culturelles, il n'y aurait pas trop de festivals en France.

Le ministère de la Culture a mis en place, suite au constat de la disparition d'un grand nombre d'événements culturels, un fond d'urgence. Destinées à remettre à flots l'offre culturelle, des subventions, encouragées par l’État, sont accordées aux organisateurs de festivals.

Audrey Azoulay, la ministre de la Culture, a continué dans la lancée de Fleur Pellerin, en débloquant pour les festivals un fonds d'urgence de 7 millions d'euros. Une grosse enveloppe nécessaire aux festivals, qui doivent désormais renforcer leur sécurité, vu le contexte actuel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/