1. Accueil
  2. Évènements
  3. Noel Gallagher au Zénith de Paris : la force tranquille
3 min de lecture

Noel Gallagher au Zénith de Paris : la force tranquille

NOUS Y ÉTIONS - Le chanteur, qui officiait auparavant au sein d'Oasis, a aligné les tubes et conquis le public avec une réinterprétation blues rock de ses chansons.

Noel Gallagher a conquis le Zénith de Paris ce 12 mars
Noel Gallagher a conquis le Zénith de Paris ce 12 mars
Crédit : BEN STANSALL / AFP

Noel Gallagher poursuit vaillamment sa route depuis qu'il a quitté Oasis abruptement, quelques minutes avant que le groupe se produise à Rock en Seine, à l'été 2009. Celui qui en était le compositeur et parolier principal a alors démarré une carrière solo. Le 12 mars, il a défendu sur la scène du Zénith de Paris son deuxième album sous le nom Noel Gallagher's High Flying Birds : Chasing Yesterday, sorti le 2 mars.

Le boss de la britpop convainc toujours

À 21 heures pétantes, la lumière s'éteint pour que Noel Gallagher et son groupe, les High Flying Birds, prennent place. Le Zénith est presque plein, parsemé de crânes trentenaires à la calvitie naissante, et de fronts brillants. Les spectateurs sont en bonne partie britanniques, et à majorité masculine. Ils s'empressent d'ailleurs de réagir lorsque le chanteur, fan de foot, évoque le match de la veille entre Chelsea et le Paris Saint-Germain. Des "Ici, c'est Paris !" fusent, mais sont vite interrompus par la reprise du concert. 

Dès les premières notes de la puissante Do The Damage, les verres de bières encore remplis volent, comme le veut la tradition Outre-Manche. La salle ainsi baptisée s'électrise d'emblée, exulte des "Noel" à la volée. Une complainte répétée entre chaque morceau. Une petite section de cuivres assure le show sur scène, respectant ainsi la mélodie de ce morceau très dynamique. Le ton est donné : cintré dans sa veste en cuir noire, Noel Gallagher n'est pas venu pour conter des ritournelles

Ce public a bien sûr connu le chanteur mancunien par Oasis, il y a 20 ans, mais réagit très positivement aux tubes de son premier album solo, éponyme. Le refrain de The Death Of Me And You est repris en chœur, même si la chanson est jouée à un rythme plus rapide que sur la version CD. Les cuivres s'invitent après le premier refrain, recréant l'ambiance champêtre de ce single léger qui parvient à décoincer le public.

Des titres réinventés

À lire aussi

L'interprétation de A.K.A...What A Life est également très réussie. Son refrain est scandé par la foule comme un hymne, qui marque le rythme avec ses bras. La fin du morceau est revue avec l'ajout de synthétiseurs, qui en font presque un titre dansant.  

Les titres de son nouvel album, Chasing Yesterday, reçoivent un accueil plus timide. Le disque n'étant sorti que dix jours plus tôt, le public n'a sans doute pas eu le temps de s'en imprégner suffisamment. Cependant, les deux premiers singles sont très bien reçus, notamment In The Heat Of The Moment.

Noel Gallagher
fait le pari d'en supprimer les chorus entêtants, pour laisser toute la place à la guitare, jouée par Johnny Marr sur la version CD. Avec ses High Flying Birds, il transporte le Zénith dans une ambiance blues rock survoltée, entre guitares saturées et grosse caisse maltraitée par le batteur Jeremy Stacey. Nul doute que In The Heat Of The Moment est parti pour devenir un classique de son répertoire.

Des classiques sublimés

Même s'il joue au gros dur, enlevant sa veste en cuir pour dévoiler des biceps encore saillants malgré ses 47 ans, Noel Gallagher démontre à plusieurs reprises que sa carapace de rockeur dissimule un cœur tendre. Il le prouve en dédiant AKA... Broken Arrow à la gente féminine, et en reprenant cinq titres d'Oasis. Champagne Supernova, interprétée en acoustique, met le Zénith debout.

Il reprend également la non moins culte Don't Look Back In Anger : "J'ai écrit cette chanson un soir, à Paris, en 1994. Je n'aurais jamais pensé qu'elle aurait un tel succès. Au point que je suis allé dans un strip club juste après en avoir écrit les paroles", raconte-t-il en guise d'introduction. Même dans les beaux moments, sa gouaille légendaire l'emporte toujours. 

La set-list complète : 

1. Do the Damage 
2. (Stranded On) The Wrong Beach 
3. Everybody's on the Run 
4. Fade Away (Oasis cover)
5. In the Heat of the Moment 
6. Lock All the Doors 
7. Riverman 
8. The Death of You and Me 
9. You Know We Can't Go Back 
10. Champagne Supernova (Oasis cover)
11. Ballad of the Mighty I 
12. Dream On 
13. The Dying of the Light 
14. The Mexican 
15. AKA... Broken Arrow 
16. Digsy's Dinner (Oasis cover)
17. If I Had a Gun... 
Encore:
18. Don't Look Back in Anger (Oasis cover)
19. AKA... What a Life! 
20. The Masterplan (Oasis cover)

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/