1. Accueil
  2. Évènements
  3. Muse sur "RTL2" : "On ne devrait pas autoriser des machines à tuer seules"
1 min de lecture

Muse sur "RTL2" : "On ne devrait pas autoriser des machines à tuer seules"

SÉRIE (2/5) - À l'occasion de la sortie de "Drones", le septième album de Muse, Matthew Bellamy et Dominic Howard reviennent sur les thèmes inquiétants de ce nouveau disque en Interview Très Très Privée sur "RTL2".

Le groupe britannique Muse a lâché son nouvel albumDrones, le 8 juin. Matthew Bellamy, le leader du groupe et Dominic Howard, le batteur, sont venus présenter le disque en Interview Très Très Privée sur RTL2. Dans le deuxième épisode de cette série, ils expliquent la peur dissimulée par les chansons du disque : la disparition de l'humain au profit des machines, devenues toutes puissantes et capables de tuer sans contrôle. "Notre époque est beaucoup plus futuriste qu'on ne le pense", avance Matthew Bellamy. "Dans les années 80, on regardait des films comme Terminator, et on se disait que c'était fou. Mais on en est déjà là aujourd'hui, comme ces nouveaux drones qui sont dotés d'intelligence artificielle." 

"Notre époque est beaucoup plus futuriste qu'on ne le pense"

Matthew Bellamy, chanteur de Muse

"Il ne devrait pas être légalement possible d'avoir une machine qui décide de tuer sans un humain derrière. C'est un débat important", estime le chanteur. Muse a d'ailleurs fait appel à Matt Mahurin, caricaturiste du magazine Time, pour réaliser la pochette de Drones : "Elle pose la question : 'Qui contrôle le contrôleur ?'", explique Dominic Howard. "Ce dessin explique bien ce que les drones signifient métaphoriquement. Nous pouvons subir un lavage de cerveau ou être contrôlés par différentes choses." 

Malgré cette thématique alarmiste, Drones propose aussi une lueur d'espoir, notamment avec la chanson Revolt : "L'album commence dans une atmosphère sombre, où tout a l'air oppressant, presque négatif et paranoïaque. Mais au milieu de l'album, on trouve le discours de John Fitzgerald Kennedy, suivi des morceaux Defector et Revolt, où les gens se sentent à nouveau forts et veulent se battre. C'est la partie la plus positive de l'album." 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
<