1. Accueil
  2. Évènements
  3. Marilyn Manson plus accessible et sombre que jamais avec "The Pale Emperor"
4 min de lecture

Marilyn Manson plus accessible et sombre que jamais avec "The Pale Emperor"

ÉCLAIRAGE - Celui qui a longtemps été surnommé l'Antéchrist Superstar propose un sublime 10e album, plus proche du blues rock que du métal industriel, un genre musical qui a fait sa gloire à la fin des années 90.

Marilyn Manson
Marilyn Manson

L'une des grosses surprises de ce début d'année 2015 est The Pale Emperor, le 10e album studio de Marilyn Manson, sorti ce 20 janvier. Ces dernières années, le chanteur de 46 ans a davantage fait parler de lui pour ses frasques amoureuses que pour sa musique. Il opère un retour en beauté avec ce nouveau disque, au son blues rock qui devrait lui attirer un nouveau public.

Un nouvel album empreint de blues rock

Brian Hugh Warner, de son vrai nom, montre avec The Pale Emperor qu'il a plus d'une corde à son arc. Ce disque est bien entendu sombre, mais a la noirceur plus accessible. Marilyn Manson arbore toujours son allure horrifique, mais préfère se tourner vers le blues rock et son univers feutré, délaissant la furie du métal industriel. Le premier single, Deep Six, était venu rassurer les fans : c'est le titre le plus "hardcore" de l'album, où les riffs de guitare et les hurlements de Manson sur le refrain rappellent ses glorieux débuts.

Pourquoi le blues ? Cela reste encore un mystère : "J'ai découvert le blues", raconte Manson à Metronews, "J'ai toujours eu ça en moi même si je ne l'exprimais pas." Il le définit ainsi : "Dans mon esprit, ça signifie raconter une histoire personnelle en tenant compte de l'auditeur. Comme si j'étais à la fois le serpent... et le charmeur de serpent."

Que l'on ne s'y méprenne pas : le chanteur originaire de l'Ohio n'a rien perdu de sa force de frappe. The Pale Emperor enchaîne les tubes aux guitares saturées et à la batterie guerrière, chacun différent mais s'associant bien les uns aux autres. La mort, la religion, la violence, la société de consommation et l'amour en sont les thèmes principaux, abordés sans filtre.
On retient notamment les titres Cupid Carries A GunThe Devil Beneath My Feet et Third Day Of A Seven Day Binge, à la basse envoûtante rappelant Depeche Mode. Les amateurs de ces derniers, mais aussi de Queens of the Stone Age ou AC/DC devraient trouver leur bonheur dans The Pale Emperor.

Une renaissance

À lire aussi