1. Accueil
  2. Évènements
  3. The NoFace dans #LeDriveRTL2 du 29 septembre 2017
4 min de lecture

The NoFace dans #LeDriveRTL2 du 29 septembre 2017

REPLAY - Écoutez ou réécoutez #LeDriveRTL2 de Eric Jean Jean du 29 sept. 2017.

The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2
Crédit : Mildray Goinard
#LeDriveRTL2 du 29 septembre 2017
24:29
Eric Jean-Jean & Bertrand Laidain

Eric Jean Jean et Mathilde Courjeau recevaient vendredi 29 octobre un nouveau groupe The NoFace composé de Yan à la guitare, Jay à la basse, Lio au clavier, Max à la batterie et Oma au chant.

Yan, Jay, Lio et Max vous étiez les ex Skip The Use. On n’y passe pas tout l’interview mais que s'est-il passé ? Mat Bastard, l’ex chanteur, fait lui un projet en solo.
Yan : Je ne vais pas rentrer dans les détails mais comme parfois dans un couple il peut y avoir des dissensions. C’est ce qui s’est passé comme dans pleins de groupes. Ce qui n’empêche pas que tout le monde poursuit sa route et en espérant que chacun réussisse et souhaiter le meilleur à tout le monde.

Cela veut dire que Skip The Use c’est définitivement fini et que vous êtes sur deux projets différents ?
Yan : Exactement.

Comment vous avez rencontré Oma du coup ? Comment le projet est né ?
Yan : Nous, on était à la recherche d’une chanteuse. On s’est donc mis en quête de cette personne. On a regardé un petit peu toutes les émissions. Oma a fait The Voice et on est tombé sur la prestation qu’elle a faite là-bas avec Dire Straits où elle reprenait Money for Nothing. Et elle envoyait du ragga, on a vu des dreadlocks sauter dans tous les coins. Les mecs se sont retournés en deux secondes. On s’est dit qu’elle envoyait quand même du lourd et elle envoie aussi une attitude rock qui nous a plu. On s’est contacté via Facebook et on s’est rencontré.

À écouter aussi

Oma quand ils t’appellent il se passe quoi dans ta tête ?
Oma : D’abord je n’y crois pas. Je t’avoue que je suis sortie de l’émission un peu tôt et déçue mais en espérant de m'être fait remarqué. Ça n’a pas loupé.

La rencontre s’est faite en studio à Lille pour voir si ça "matché" au niveau des personnalités. 12 mois plus tard on est là.

Qu’est-ce que vous aviez chanté lors de cette première rencontre ?
Oma : C’était sur une composition que Yan avait depuis un moment. Il m’a dit là il y a des paroles là il y a une compo, vas-y fais toi plaisir.

NoFace n'a pas de nom mais aussi pas de visage. Il n’y a pas qu’un nom sur une pochette, il y a ces masques noirs avec une croix blanche que vous portez dans le studio. Qu’est-ce ça représente pour vous de ne pas montrer votre visage ?
Yan : C’est déjà une volonté de notre part de partir dans ce genre de concept. On ne l’avait jamais fait et comme on repartait de 0, on était totalement libre. C’est quelque chose qui nous a toujours attiré, les groupes masqués. On est parti de ce constat-là, on voulait mettre des masques sur scène. On a réfléchi au concept en lui-même. On s’est dit qu’on était chacun d’entre nous populaire au sens premier du terme. Donc NoFace ça pouvait rassembler tous les gens qu’on ne voit pas.

Et ce n’est pas trop dur à porter en concert et en festival ?
Yan : Oui il fait chaud mais il va faire beaucoup plus chaud pendant la tournée d’automne.

Votre premier album Chapter One sort ce vendredi. C’est donc un nouveau départ. Ce n’est pas un "one shoot" ? Skip The Use c’était un projet quand on avait 20 ans et du coup NoFace c’est un projet de trentenaire sur la durée ?
Yan : Alors là on a à peu près tous 28 ans (rires). Mais bien sûr qu’on voit ça sur le long terme. On a plein de projets dans la tête. On n’est pas là pour faire un disque et puis faire autre chose derrière. 

Comment vous travaillez désormais ? Comment s’est rééquilibré le travail des NoFace ?
Oma : Tout le monde fait un peu tout en même temps, ça démarre d’abord du studio. Yan propose beaucoup d’idées et ensuite on se met tous ensemble, on choisit et on travaille le morceau.

Qu’est-ce qu’on peut dire de cet album ? On est rock, on a des influences hip hop, on est resté dans les influences du groupe d’avant ?
Pour nous c’était important de faire quelque chose de rock : guitare, basse, batterie. Le plus simple possible, le plus live possible et donner quelque chose de très énergique.

Les textes sont en français, anglais ou un peu des deux ?
Oma : Oui un peu des deux. On a fait en fonction de ce qui nous inspirait le plus. On démarrait des textes en français, d’autres sont venus en anglais. Quand on a choisi et il n’en restait qu’un en français.

Vous vouliez que ça sonne live c’est réussi. Vous avez joué dans des festivals cet été. A partir d’octobre/novembre il y a une belle tournée qui s’annonce. On peut s’attendre à quoi sur scène pour vos concerts ?
Au plus gros show du monde ! 

Quand on a vu les masques, on s’est demandé si vous alliez faire quelque chose avec des écrans vidéo comme les copains de Shaka Ponk ?  

On les aime bien et on fait aussi quelque chose en "mapping" sur lequel on travaille beaucoup aussi. Sur le côté spectacle.

Donc il y a le concept du look, des costumes et il y aura aussi un concept sur scène ? C’est ça !

The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2
Crédit : Mildray Goinard
The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2
The NoFace dans les studios de RTL2 Crédits : Mildray Goinard
The NoFace dans les studios de RTL2 Crédits : Mildray Goinard
The NoFace dans les studios de RTL2 Crédits : Mildray Goinard
The NoFace dans les studios de RTL2 Crédits : Mildray Goinard
The NoFace dans les studios de RTL2 Crédits : Mildray Goinard
1/1
L'équipe de l'émission vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire