1. Accueil
  2. Évènements
  3. "Hey Hey, My My (Into the Black)", la renaissance de Neil Young
1 min de lecture

"Hey Hey, My My (Into the Black)", la renaissance de Neil Young

Écoutez ou réécoutez #LeDriveRTL2 de Eric Jean Jean, Mathilde Courjeau du 08 févr. 2018.

Neil Young
Neil Young
#LeDriveRTL2 du 8 février 2018
00:18:30
Eric Jean-Jean
Eric Jean-Jean

Neil Young "Hey Hey, My My (Into the Black)"

Neil Young propose dans ce Hey Hey, My My (Into the Black) une version alternative à My My, Hey Hey (Out of the Blue).  Mais cette fois en version électrique avec son groupe the Crazy Horse. C'est le dernier morceau de l'album de Neil Young Rust Never Sleeps paru en 1979. 

C'est une chanson inspirée par l'évolution du rock la montée du punk de l'époque. Il fait référence de nombreuse fois dans les paroles à Elvis Presley mais aussi à Johnny Rotten, l'ex-leader des Sex Pistols. Neil Young se sentait complètement déphasé dans le rock à ce moment-là. Il répète d'ailleurs à plusieurs reprises "Rock N Roll Will Never Die" (Le Rock n' Roll ne pourra jamais). 

Il veut au travers de ce morceau trouver une alternative entre produire toujours la même musique (to rust, rouiller, ou to fade away, disparaître) ou exploser en vol (to burn out).
"It's better to burn out than to fade away" ("il vaut mieux brûler franchement que s'éteindre à petit feu") est un extrait des paroles que Kurt Cobain de Nirvana a cité dans son ultime lettre. Neil Young en sera tellement bouleversé qu'il lui dédira son disque Sleeps With Angels en 1994. 

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.