1. Accueil
  2. Évènements
  3. "In Utero" l'album sans concessions de Nirvana
2 min de lecture

"In Utero" l'album sans concessions de Nirvana

Écoutez ou réécoutez #LeDriveRTL2 de Eric Jean Jean du 06 nov. 2017.

Kurt Cobain
Kurt Cobain
Crédit : AP/Sipa
#LeDriveRTL2 du 06 novembre 2017
22:49
Eric Jean-Jean & Bertrand Laidain

La Discothèque idéale du #DriveRTL2 : Nirvana "In Utero"

Les fans de Nirvana vont probablement s'arracher les cheveux. Mais, In utero, le 3e et dernier album du groupe fait partie de la discothèque idéale du #DriveRTL2 (celle de Mathilde Courjeau en tout cas). Pour In Utero, le groupe veut revenir à un son aussi primaire que celui de Bleach (leur premier album) tout en ajoutant la maturité de leur succès de Nevermind. Un équilibre difficile à atteindre selon les critiques à l'époque mais en 1992, à l'époque ou Kurt Cobain et Courtney Love font la pluie et le beau temps des tabloïd, le leader de Nirvana fait ce qu'il veut, absolument ce qu'il veut.

Les trois membres du groupe commencent à écrire pendant l'été 1992, mais à distance, puisque que Dave Grohl est retourné vivre en Virginie, Krist Novoselic à Seattle et Kurt Cobain à Los Angeles. Difficile dans les années 90 de communiquer dans ces conditions, sauf par fax... Bref c'est compliqué pour la musique. Ils vont finir par se retrouver dans le studio Pachyderm loin de tout contact dans le fin fond du Minnesota pour écrire et enregistrer avec Steve Albini, connu pour le son abrasif et sans concession de ses production. Ils réservent le studio sous le nom de Simon Ritchie Bluegrass pour éviter tout contact médiatique (en référence au véritable nom de Sid Vicious des Sex Pistols). Le premier mix est fini en trois jours, mais le label le trouve tout a fait nul. Steve Albini va être trainé dans la boue. "Musique pas à la hauteur" et "paroles ridicules". Ils vont donc le retravailler mais garderons quand même toutes les aspérités. Autant dans le son que dans les paroles. On va donc retrouver sur ce disque : Tourette's comme un TOC punk, All Apologies comme une comptine pour se calmer, Rape Me qui fera polémique évidemment, Heart-Shaped Box et la drogue, Serve the Servants contre les journalistes. Dans ce disque corrosif le son brut est l'essence d'un grunge qui ne représente plus la rage adolescente mais l'angoisse d'une rock star.. qui court à sa perte comme dans Pennyroyal Tea, où Kurt Cobain essaie de se purger de ses démons…

L'équipe de l'émission vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/