1. Accueil
  2. Évènements
  3. JAIN : "Seul le public peut me donner de l'énergie"
4 min de lecture

JAIN : "Seul le public peut me donner de l'énergie"

RENCONTRE - JAIN est l'une des révélations de l'année 2016, avec son album "Zanaka", écoulé à plus de 130.000 exemplaires. Elle revient sur son ascension fulgurante pour RTL2.fr.

Jain sera à l'affiche du Festival de la Paille édition 2016 à Métabief
Jain sera à l'affiche du Festival de la Paille édition 2016 à Métabief
Crédit : Frédéric Bukajlo/SIPA Press pour RTL2

Mais où s'arrêtera JAIN ? À seulement 24 ans, elle est l'une des révélations de l'année. Si vous n'avez entendu ni Come, ni Makeba, ses deux tubes, vous devez sans doute vivre dans une grotte. Ils sont issus sur son premier album, Zanaka. Sorti en novembre 2015, il a été sacré disque d'or en février dernier, et a dépassé les 130.000 exemplaires vendus. Pendant ce temps, les compteurs ne cessent de grimper sur sa chaîne YouTube, et elle multiplie les concerts et interviews. Le 15 juin, JAIN a électrisé les Bains lors de la première Columbia Session, avec RTL2. Le 11 mai, elle s'est même produite à la Cigale. "J'ai vraiment senti que les gens étaient là pour faire la fête", se souvient-elle en souriant.

JAIN a travaillé certains morceaux, comme Come, pendant des années. À présent, un public de plus en plus important, en France et à l'étranger, les connaît : "C'est hyper drôle, mais c'est un peu bizarre au départ, parce qu'on a tendance à penser 'C'est ma chanson, je ne veux pas trop la donner'. Au bout d'un moment on s'en libère et ça fait beaucoup de bien."

Une année folle

Pendant l'interview, JAIN n'ose pas toucher le Coca ouvert et posé sur la table basse en face d'elle. Polie et attentive, elle répond aux questions avec rapidité et efficacité. À présent, elle a l'habitude. "Après des émissions comme Le Grand Journal ou ma participation aux Victoires de la Musique, ça a accéléré les choses, que ce soit au niveau promo ou concert", résume la jeune femme, qui se rêvait Jedi avant tout. 

Sur scène, JAIN est très avenante et aime jouer avec les spectateurs. "Quand les groupes de rock jouent entre eux, c'est ça qui leur donne de l'énergie. Moi il n'y a que le public qui peut me donner ça", explique-t-elle. 

À lire aussi


JAIN se donne d'autant plus qu'elle a arrêté ses études d'art pour se concentrer sur sa carrière musicale : "Je n'ai pas vraiment eu le temps de réfléchir, je n'ai pas eu assez de recul. Une fois qu'on a le nez dans le guidon, on ne réalise pas trop parce qu'on essaie de se concentrer pour bien faire les choses. Si j'avais des vacances d'un mois, je me dirais que ça fait un peu peur", conclut la chanteuse en riant. 

Se faire une place

Avec ses titres joyeux, aux ambiances sonores métissées - qu'elle résume sous le terme "melting-pop" - et sa désormais célèbre robe noire à col blanc, JAIN a su se faire une place de choix. "J'ai appris que j'étais disque d'or le soir des Victoires de la musique, et c'était un peu ma victoire à moi." Le soir-même, son album était nommé dans la catégorie "révélation de l'année". "C'est une chance extraordinaire les Victoires de la musique, on peut en penser ce qu'on veut sur le plan qualitatif, moi ça m'a beaucoup aidée, affirme JAIN. Tous les professionnels zieutent les Victoires en replay, et ça m'a permis d'avoir une existence auprès d'eux."

J'adorerais faire une collaboration avec Fakear

JAIN

À force d'enchaîner plateaux et concerts, JAIN s'est liée à certains artistes de son âge, comme Fakear ou HYPHEN HYPHEN : "Il y a plein d'artistes chouettes en ce moment, on est à peu près tous de la même génération. C'est très convivial. Je n'ai plus de vie sociale - non je rigole - mais je travaille beaucoup et c'est toujours un vrai plaisir quand on se croise en festival ou autre." La jeune femme rêve d'une collaboration avec Fakear, Kendrick Lamar ou Drake. 

Préparer la suite

Cela fait à peine 7 mois que Zanaka est sorti, mais JAIN ne compte pas se reposer sur ses lauriers. "J'ai un planning prévu pour 1 an et demi !", prévient la chanteuse en riant. Elle a déjà écrit de nouveaux titres et en défend certains en concert. Dans l'immédiat, elle travaille sur le clip de Makeba. "On a mis du temps à trouver l'idée", révèle cette perfectionniste, qui s'occupe beaucoup de l'identité visuelle de son personnage. 

J'ai très envie de faire des chorégraphies, mais je ne suis pas une danseuse

JAIN

Celui-ci va d'ailleurs évoluer : "J'ai très envie de faire des chorégraphies, mais je ne suis pas une danseuse. Je n'ai pas envie de faire comme Christine and the Queens", révèle-t-elle à RTL2.fr. Pour l'instant seule sur scène, JAIN se verrait bien entourée de musiciens, "un jour". Même sa tenue fétiche ne sera pas épargnée : "La robe va changer aussi. Je garderai l'idée de la robe, mais elle peut changer de couleur, par exemple."

D'ici là, JAIN devra encore assurer de nombreuses dates, dont Solidays et le Sziget, l'un des plus gros festivals d'Europe. "Je suis toujours autant stressée avant de monter sur scène, maintenant c'est juste que je contrôle un petit peu mieux", assure la jeune femme.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/