1. Accueil
  2. Évènements
  3. "Another Day In Paradise", la chanson engagée de Phil Collins
4 min de lecture

"Another Day In Paradise", la chanson engagée de Phil Collins

REPLAY - Écoutez ou réécoutez #LeDriveRTL2 de Eric Jean Jean du 24 janvier 2017.

Phil Collins
Phil Collins
#LeDriveRTL2 du 24 janvier 2017
16:25
Eric Jean-Jean & Bertrand Laidain

Columbia Session avec Rag'n'Bone Man, Cali et Boulevard des air

Mathilde est allée rencontrer les artistes cette nouvelle Columbia Session avant qu'ils montent sur la scène de la péniche Le Flow.

Elle demandé à Boulevard des Airs ce que cela changeait de jouer sur une péniche ? Et quel était l'endroit le plus improbable où ils avaient déjà joué ?
Pas grand chose, ça tangue un peu. C'est la première fois que l'on joue sur une péniche. Et l'endroit le plus improbable, le plus insolite c'était au sommet du Pic du Midi à plus de 300 mètres. 

Que signifie pour vous l'appartenance au label Columbia aujourd'hui ?
Ca fait très longtemps qu'on est chez Columbia, on a signé avec eux, avec Sony Music, dès le premier album. C'est une relation avec des êtres humains, c'est une histoire qui dure, faite de hauts et de bas, c'est une équipe avec lequel on est ensemble sur un projet. Et il se trouve que c'est Columbia et ça représente, Daft Punk, AC/DC des groupes incroyables... Il y a une appartenance à une même famille.

Et l'appartenance à sa région ? Vous c'est le Sud Ouest, est-ce que cela change ou influence votre manière d'écrire des chansons ?

Ca ne dépend pas du lieu d'origine. En tout cas notre lieu d'origine nous permet d'être indépendant car on a un studio à la maison, nous permet d'être proche de nos proches,  quand on est chez nous et pas en tournée du moins. Ce qui peut influencer nos chansons c'est le côte hispanique, on n'est pas loin de l'Espagne, et il y a quelques refrains en espagnol.

Cali, jouer sur l'eau c'est différent et quel est l'endroit le plus improbable où tu as joué ?

Sur l'eau c'est bien, mais je pensais qu'elle allait naviguer la péniche.... Un peu déçu, mais j'adore l'eau, et se bien de se dire qu'on est sur l'eau. L'endroit le plus improbable, il y en a eu pas mal, sur une piste de ski à 2000 ou 3000 mètres.

Qu'est ce que ça veut dire aujourd'hui appartenir à un label ?

C'est une chance d'être encore dans une famille de maison de disques, qui nous fait confiance. J'aime bien me dire que je suis chez Columbia car ce sont des disques qui m'ont fait rêver, Dylan, Springsteen, Cohen entre autres... Je crois qu'aujourd'hui tout le monde se pose beaucoup de questions sur l'avenir du disque. Mais de nos jours tout le monde est livré à lui même et il faut peut-être revenir à l'artisanat, et faire tout tout seul tout le monde se pose ses questions là.

C'est de cela que que tu discute avec les autres artistes ?

On discute beaucoup de la route, car c'est ce qui fait rêver les artistes et les chanteurs c'est la route. On discute de cette vie magnifique de troubadour.

Et la maison ? A quel point ta maison, ta région influence ta manière d'écrire ?

Je me livre à chaque disque, je raconte ce qui me fait du bien, comme si j'allais chez un psy, comme si je racontais un roman à l'instant T. Mais j'ai ces racines là, le Sud, mon village, mes proches, mes enfants, ma famille, mes amours. En même temps ma vie n'est pas extraordinaire, c'est la vie d'un père de famille, j'ai la même vie qu'un autre, mais après je l'écrit.

Rag'n'Bone Man, quel a été le lien le plus improbable où tu as joué ?
J'ai déjà joué sur un bateau une fois, à Bristol, il était moins joli que celui ci et il bougeait beaucoup.  

Ca représente quoi d'être dans un label et de participer à cette Columbia Session ?
Je ne me serais jamais imaginé dans un label "major". La raison pour laquelle j'ai choisi Columbia, c'est pour le prestige je crois, de fair partie de ces artistes qui ont été signes, il y en a plein d'incroyables, on fait un peu partie de l'histoire.

Qu'en est-il de ton appartenance à ton village d'origine dans le sud de l'Angleterre ? Est-ce que cela influence l'écriture de tes chansons ?

J'ai vécu dans plein d'endroits, j'ai déménagé à Londres, et puis je suis revenu dans ma campagne, car c'est pittoresque, calme, et j'ai l'impression que j'ai besoin de ça, prendre du temps, être hors de la ville, on est plus libre avec ces propres pensées. C'est important pour moi, on est obligé de réfléchir pour écrire des chansons. 

Rag'n'Bone Man au micro de Mathilde Courjeau
Rag'n'Bone Man au micro de Mathilde Courjeau
Rag'n'Bone Man au micro de Mathilde Courjeau
Boulevard des airs au micro de Mathilde Courjeau
Cali au micro de Mathilde Courjeau
Rag'n'Bone Man au micro de Mathilde Courjeau
Boulevard des airs au micro de Mathilde Courjeau
Cali au micro de Mathilde Courjeau
1/1

Phil Collins "Another Day In Paradise"

À lire aussi

Extrait de l'album But Seriously sorti en 1989, le 4e album solo de Phil Collins. Le disque peut-être le plus politisé du chanteur ou du moins centré sur des thématiques sociales, porté par Another Day in Paradise, ce tube de l'année 1990 qui évoque les sans-abris et le regard que monsieur et madame tout le monde leur portent. 

Le morceau lui est venu d'abord au piano, lors d'un séjour à Washington, et les premières paroles de cette dame qui jette un coup d'œil à un sans-abris lui sont venu instantanément. Il avait été choqué lors de son séjour du nombre de sans-abris dans la capitale américaine. 

A la sortie du morceau, malgré un grand succès populaire et un Grammy Award pour la chanson de l'année, Phil Collins a été énormément critiqué. Les journalistes et activistes lui reprochant d'utiliser le mal logement dans ses chansons pour faire de l'argent plutôt que d'agir avec ses millions…

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/