VIDÉOS - David Bowie, un artiste légendaire en 9 morceaux

En 50 ans de carrière, l'artiste britannique, décédé le 10 janvier des suites d'un cancer, n'a jamais pris une ride. Parolier et musicien de génie, il a su traverser les âges jusqu'à son dernier album paru deux jours avant son décès.

En 1969, un ovni a débarqué sur la scène musicale en même temps que l'homme a posé son premier pas sur la lune. Après des débuts très discrets dans les années 1960, David Bowie est repéré par la radio anglaise BBC qui diffuse Space Oddity. Les Anglais et le monde entier découvrent cette personnalité insaisissable qui aime provoquer, étonner et se travestir. Sa crinière orange, ses peintures corporelles et ses costumes le rendent tout de suite identifiable. Son premier album, qui mélange le folk et quelques nappes de synthétiseurs, connait immédiatement un immense succès.

Ce sera toujours le cas dans la carrière de Bowie, jusqu'à sa mort le 10 janvier 2016 à l'âge de 69 ans. Imprévisible comme toujours, l'artiste avait publié le 8 janvier, jour de son anniversaire, un ultime album qui sonne, après coup, comme un au revoir. Blackstar, le titre de son dernier disque, est rempli de chanson sur la mort. "Les étoiles ne meurent jamais", dit pourtant Bowie.

Le chanteur réussit à envoûter son public avec une musique à part et ses paroles au bord de la folie. L'artiste sort The Man Who Sold The World en 1970, dont la chanson-titre sera reprise et largement popularisée par Nirvana en 1994. Artiste très prolifique, David Bowie revient dans l'espace dès 1971 avec Life On Mars qui figure sur Hunky Dory. Il apparaît toujours avec la même chevelure rousse, mais aussi avec du maquillage sur le visage. Le chanteur, alors à peine âgé de 25 ans, continue à développer son aspect androgyne et entretient l’ambiguïté qui l'accompagne. Pour pousser le mystère - et la fascination - encore plus loin, David Bowie va créer son premier personnage en 1972 : Ziggy Stardust, à qui il va même consacrer un album (The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars).

Bowie, artisite prolifique

En 1976, pour sa tournée Station Top Station, Bowie se présente sous un autre nom : The Thin White Duke, un nouveau personnage de sa création. Il sort Heroes l'année qui suit. Une fois de plus, le titre éponyme de l'album est son plus gros single. Ce morceau, qui marque le début de sa collaboration avec l'immense Brian Eno, considéré comme l'inventeur de la musique ambient (musique électronique minimaliste), reste à ce jour l'un des plus connus du Britannique. Enregistré à Berlin, ville alors coupée en deux par le mur, c'est le seul disque de la "trilogie berlinoise" véritablement enregistré dans la capitale allemande. S'ils ont bien été composés pendant la période où Bowie vivait à Berlin, Low et Lodger ont respectivement été enregistrés en France et en Suisse en 1977 et 1979. 

En 1980, alors que David Bowie continue d'enchaîner les sorties à un rythme effréné, il bat le record du clip le plus coûteux de l'histoire de la musique pour Ashes To Ashes. À l'époque, la vidéo (qu'il co-réalise avec David Mallet) coûte 250.000 dollars.

En 1983, le chanteur frappe un grand coup avec son tube interplanétaire Let's Dance, produit par Nile Rodgers de Chic. Cela reste à ce jour l'un des plus gros succès de l'artiste, qui se placera numéro 2 des ventes derrière l'indétrônable Thriller de Michael Jackson. 

Après une petite traversée du désert et des albums qui n'ont pas trouvé leur public, Bowie revient à ce qu'il sait faire de mieux : l'expérimentation musicale. Il sort Black Tie White Noise en 1993 puis Outside en 1995. Loin des vente faramineuses des années 1980, ces albums réalisent des scores honorables, et prouvent que Bowie peut compter sur une base de fans fidèle.

Toujours au top à 66 ans

En 1997, plus de vingt ans après Young Americans (1975) et Panic In Detroit (1976), David Bowie sort I'm Afraid of Americans. Un titre supplémentaire qui reflète l'angoisse que suscite le pays de l'Oncle Sam auprès de l'artiste britannique. Dans le clip, il apparaît avec les cheveux courts et un bouc, un style pour le moins surprenant le concernant. 

Dix ans après avoir sorti Reality, alors que des rumeurs le disaient malade, David Bowie surprend tout le monde en annonçant son grand retour le 8 janvier 2013, jour de son 66e anniversaire. Il sort Where Are We Now, premier titre de The Next Day, son vingt-quatrième album studio.

La passion déclenchée par ce come-back réussi montre à quel point son aura est immense sur la scène pop internationale. En France, de nombreux artistes revendiquent son influence. Lorsqu'il avait pris les commandes de RTL2.fr le temps d'un jour, Mat Bastard (Skip The Use) l'avait cité dans sa playlist. Une autre chanteuse talentueuse trouve en Bowie une grande source d'inspiration : Christine and the Queens, qui comme le Britannique se plait à cultiver une ambiguïté androgyne.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL2.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous